21/11/2015

Il voulait un changement

Muhammad al-Bhaisy voulait montrer les couleurs du drapeau palestinien pour communiquer un message. Son père a cherché des mots pour expliquer les risques que son fils a pris en s’avançant près de la barrière entre Israël et Gaza le 6 novembre : « Il voulait que quelque chose change. » Les munitions de l’armée israélienne tirées contre les jeunes de Gaza sont inutiles et contreproductives. Mais en attendant une réponse plus adéquate de leur gouvernement au blocus qui étouffe la bande de Gaza depuis plus de 8 ans, les soldats tirent. Charlotte Silver raconte l’histoire d’un jeune non-violent en anglais. Je le traduis ici.

 demo flag.jpg
Manifestation près de la barrière entre la bande de Gaza et Israël, 27 octobre 2015 (photo Yasser Qudih / APA images)


« Pour avoir brandi un drapeau, on lui tire dessus Par Charlotte Silver, The Electronic Intifada, bande de Gaza, 15 novembre 2015

Depuis six semaines, des Palestiniens risquent leur vie près de la frontière entre Gaza et Israël. Au moins 16 personnes ont été tuées dans des manifestations entre le 1er octobre et le 6 novembre.

Muhammad al-Bhaisy s’est quand même décidé d’y aller, le 6 novembre, en compagnie de son ami Sharif Mousa et en amenant un grand drapeau palestinien. En route à la manifestation depuis sa maison dans le camp des réfugiés de Deir al-Balah, Muhammad a trouvé un bâton dans la rue. Il y a attaché son drapeau.

Il y avait des centaines de jeunes Palestiniens le long de la barrière ce jour-là. Les soldats israéliens tiraient déjà – du gaz lacrymogène et des balles – lorsque Muhammad et Sharif sont arrivés à la manifestation. Après environ 20 minutes, Muhammad s’est mis à courir vers la barrière. Sharif a essayé de le retenir. En vain. Sur Facebook, on peut voir une vidéo de la suite. …

Arrivé à l’hôpital al-Shifa dans la ville de Gaza, Muhammad a perdu beaucoup de sang. Les docteurs parviennent à arrêter le saignement et lui sauver la vie. Les hôpitaux manquent du matériel nécessaire pour traiter de grands blessés à cause du blocus et des attaques répétées. En ce moment, Muhammad est en situation critique dans un hôpital d’Ashkelon.

drapeau palestinien, Israël, Gaza, armée israélienne, jeunes, bande de Gaza, blocus, frontière, tuées, manifestations, camp des réfugiés, barrière, gaz lacrymogène, balles, Palestiniens, soldats israéliens, hôpital, Ashkelon, Centre palestinien pour les droits humains, PCHR, Erez
Ses parents au
chevet de Muhammad à l’hôpital Shifa à Gaza (photo Ezz Zanoun)

Après deux jours d’attente terrible pour ses parents, Israël a autorisé le transfert de Muhammad à Ashkelon. Sa mère ignorait qu’il était allé à la manifestation. … Elle a refusé de visionner la vidéo. Selon son cousin Khalil, Muhammad était bien conscient que son action pouvait lui coûter la vie mais il l’a fait ‘parce que la vie ici est terrible. Il n’y a pas de travail, pas d’argent et pas de sortie.’ …

Sans l’aide du Centre palestinien pour les droits humains (PCHR), Muhammad n’aurait pas pu être transporté par le passage d’Erez à l’hôpital. Sa vie en dépendait clairement, selon Mohammed Bseiso, avocat du PCHR. Il a dû insister beaucoup auprès des autorités israéliennes pendant deux jours.

Sharif l’ami de Muhammad dit : ‘Il nous fait lever nos têtes. C’est un héros.’

Charlotte Silver est une journaliste basée à Oakland, Californie. Twitter : @CharESilver. »

Les commentaires sont fermés.