18/04/2018

Les deux plus anciennes églises de Gaza renaissent

Quel sera le sort des anciennes ruines chrétiennes à Gaza ? Le public réuni au temple de Chêne-Bougeries en juin 2010 posait cette question à l’archéologue Jean-Marc Haldimann après une projection de « Sous les pierres de Gaza » (Jean-Gabriel Leynaud, 2005).  Aujourd’hui, une bonne nouvelle inespérée tombe : les deux magnifiques anciens sites chrétiens qui risquaient de disparaître vont être restaurés. Un article en anglais sur Al-Monitor l’annonce. Je vous en livre ici sa traduction en français. 

église byzantine, monastère, Gaza fouilles, restauration St Hilarion, Jabalia, Mukhaytim, Nuseirat, bande de Gaza, archéologue, site touristique,mosaîques, pavement, pierre, fonts baptismaux, trésors archéologiques, financement, ermite

Le site du monastère, 2014 (cliché René Elter)


« Début des fouilles et de la restauration du plus ancien monastère de Palestine

Le monastère de St Hilarion, premier moine de Palestine, a reçu des fonds internationaux pour un projet de restauration censé durer deux ans.

Par Huda Baroud, 15 avril 2018, Al-Monitor

Le gouvernement palestinien et des organisations internationales ont commencé un travail majeur visant à restaurer le monastère du St Hilarion, connu localement comme Tell Umm el-‘Amr, au centre de la bande de Gaza. Ce monastère est le monument chrétien le plus ancien et le plus important de Palestine.

Les travaux ont débuté en janvier. Leur durée est estimée à deux ans. Le projet est patronné et financé par la Protection Culturelle du British Council avec la Première Urgence Internationale (PUI) française, l’Université de Palestine, l’Université islamique de Gaza et l’Ecole biblique et archéologique française de Jérusalem. Le projet inclut la restauration de l’église byzantine de Jabalia.

Le texte fondateur du monastère, découvert au cours de fouilles soutenues par l’Autorité palestinienne en 1994, l’établit comme le lieu où Hilarion créa le monachisme palestinien. Selon l’Encyclopédie Britannica, Hilarion né à Tabatha, au sud de Gaza, en 291 apr. J.-C., étudia à Alexandrie, où il se convertit au christianisme. Disciple de st Antoine d’Egypte il vécut avec lui dans le désert. À son retour en Palestine en 306, il adopta la vie d’ermite dans une hutte qu’il avait construite dans la région sauvage de Maiuma, près de Gaza sur la route conduisant en Egypte. Il y établit en 329 le premier monastère palestinien qui, en très peu de temps, attira de nombreux ermites. Hilarion rechercha par la suite la solitude, tout d’abord à Thèbes, puis dans l’île de Chypre, où il est mort.

Hiam al-Bitar, archéologue au Ministère du Tourisme et des Antiquités, nous a expliqué que ‘le monastère s’élevait à Nuseirat, au centre de la bande de Gaza, qui était à l’époque une région désertique. On y trouve une église et des fonts baptismaux.’  

église byzantine, monastère, Gaza fouilles, restauration St Hilarion, Jabalia, Mukhaytim, Nuseirat, bande de Gaza, archéologue, site touristique,mosaîques, pavement, pierre, fonts baptismaux, trésors archéologiques, financement, ermite

Fonts baptismaux 19 March 2013 (Gettyimages, Mohammed Abed)

Aujourd’hui, tout ce qui reste sont les murs de pierre, quelques colonnes corinthiennes et des segments d’un pavage en mosaïque. ‘L’église du monastère était rénovée aux quatrième, cinquième et sixième siècles ainsi qu’au septième siècle sous le Califat omeyyade,’ dit Hiam al-Bitar. ‘On peut voir les traces de toutes ces restaurations dans les trois pavements en mosaïque, construits l’un par-dessus l’autre, sur une surface de plus de 16 hectares. Les fonts baptismaux sont en forme de croix et le mur entourant l’église est en marbre. On y retrouve plus de 120 cellules aux moines, aux prêtres et aux visiteurs. Il a y aussi une cuisine, un réfectoire, une espace pour moudre le blé et pour presser le raisin, une fontaine et une pisciculture.’

Le budget pour la restauration du monastère et de l’église byzantine se monte à environ 1,5 millions d’. Soixante-quinze personnes en tout vont participer aux travaux, notamment des experts internationaux et locaux, des archéologues et des chercheurs. Des étudiants et des diplômés des facultés d’histoire des universités palestiniennes à Gaza bénéficieront d’une formation dans le domaine de la restauration des monuments tout en participant aux travaux.

‘Nous allons utiliser l’argent pour réaliser 70% de la restauration du monastère et 90% des travaux consacrés à l’église byzantine. Des fonds supplémentaires seront nécessaires ensuite pour les développer complètement en tant que sites touristiques,’ dit Jehad Abu Hass, la coordinatrice à Gaza de la PUI.

Selon Jamal Abu Rida, Directeur général du Ministère du Tourisme et des Antiquités, les archéologues s’attendent à de nouvelles découvertes au cours des fouilles : l’étendue du monastère dépasserait de beaucoup 16 hectares. Le Ministère et la municipalité de Nuseirat ont convenu que, sans avis favorable préalable du Ministère, aucune construction ne sera autorisée aux alentours du monastère. Il rappelle qu’en 2009, le Ministère avait attribué à un citoyen des terres éloignées du monastère en échange des siennes, qui se trouvaient près du site.

église byzantine, monastère, Gaza fouilles, restauration St Hilarion, Jabalia, Mukhaytim, Nuseirat, bande de Gaza, archéologue, site touristique,mosaîques, pavement, pierre, fonts baptismaux, trésors archéologiques, financement, ermite

Ruines du monastère, 25 janvier 2017, This Week in Palestine

Abu Rida explique que les fouilles entreprises en vue de découvrir le monastère ont commencé en 1994. Elles ont continué de façon intermittente avec des fonds de l’’UNESCO et de quelques autres partenaires. ‘Mais cet investissement était uniquement un financement d’urgence destiné à protéger le site d’une destruction définitive. Le Ministère a fait construire un enclos à cet effet, pour empêcher des bergers d’y introduire leurs moutons,’ dit-il.

Il ajoute : ‘La restauration vise à réparer les mosaïques des pavements et à remettre en place les pierres entourant la tombe d’Hilarion ainsi que celles de l’église : de longues années d’abandon et des tremblements de terre aux septième et huitième siècles ont fait de nombreux dégâts. Les pierres qui sont tombées des murs extérieurs du monastère ont été emportées par des résidents de Gaza pour construire leurs maisons.’

Le site du St Hilarion était auparavant un des trésors archéologiques de Gaza qui furent délaissés faute de fonds de restauration. Cette nouvelle vague d’intérêt pour les anciens monuments de la bande de Gaza est pleine de promesses.’

église byzantine, monastère, Gaza fouilles, restauration St Hilarion, Jabalia, Mukhaytim, Nuseirat, bande de Gaza, archéologue, site touristique,mosaîques, pavement, pierre, fonts baptismaux, trésors archéologiques, financement, ermite

Huda Baroud

Journaliste palestinienne Huda Baroud écrit dans la presse internationale et locale depuis 2006. Lauréate du prix « Arab Journalism Award » dans la catégorie « jeunes » du Dubai Press Club en 2013, elle se spécialise dans le journalisme d’enquête et des articles d’information comme celui-ci.

Les commentaires sont fermés.