27/06/2018

Vivre ensemble : des citoyens israéliens persistent et signent

Depuis le 7 juin, des groupes d’Israéliens ont manifesté de différentes manières leur désaccord avec les actions récentes de leur armée à Gaza. Le 13 juin, l’Assemblée Générale des Nations Unies a passé une résolution condamnant « l’utilisation de force excessive » contre les civils palestiniens de Gaza. Cent trente-cinq morts – en majorité des jeunes, y compris une fille de 14 ans -  et des milliers de blessés, parmi eux beaucoup de cas graves de balles explosives qui rend l’amputation ou de nombreuses opérations consécutives nécessaires – sont le bilan des manifestations hebdomadaires de la Grande Marche de Retour. Le personnel médical signale également l’utilisation d’un gaz lacrymogène inconnu qui cause des convulsions. Oren Ziv, photojournaliste du collectif Activestills, a décrit en anglais une action à la barrière de séparation entre Israël et la bande de Gaza le 26 juin. Je traduis ses propos

 

Israéliens, armée, Gaza, Assemblée Générale, Nations Unies, civils palestiniens, force excessive, morts, blessés, balles exlosives, manifestations, Grande marche de Retour, gaz lacrymogène, Activestills, barrière, Israël, bande de Gaza, photos, barbelés, société civile palestinienne, crise, enfants, travailleurs médicaux, journalistes, handicapés, solidarité, liberté. justice, mémoire, message, occupation, siège, lutte, sacrifice, vivre ensemble, soldats, activistes

Hussein Madi, qui aurait eu 14 ans le 9 avril, a été tué par une balle dans le cœur trois jours avant son anniversaire, fêté ici symboliquement. (photo Ashraf Amra / APA images)


« Activistes suspendent des photos des défunts de la Grande Marche de Retour sur la barrière entre Israël et la bande de Gaza

Par Oren Ziv, + 972 mag, Activestills, 26 juin 2018

Des activistes israéliens ont suspendu des photos de 119 manifestants palestiniens tués sur les barbelés qui longent la barrière de séparation entre la bande de Gaza et Israël. Leur action a été une réponse à un appel de la société civile palestinienne.

Presque trois mois après le début des manifestations de la Grande Marche de Retour à Gaza, des activistes israéliens et internationaux ont suspendu 119 photos des manifestants palestiniens sur la clôture de barbelés peu de mètres de la barrière de séparation entre la bande de Gaza et Israël

Israéliens, armée, Gaza, Assemblée Générale, Nations Unies, civils palestiniens, force excessive, morts, blessés, balles exlosives, manifestations, Grande marche de Retour, gaz lacrymogène, Activestills, barrière, Israël, bande de Gaza, photos, barbelés, société civile palestinienne, crise, enfants, travailleurs médicaux, journalistes, handicapés, solidarité, liberté. justice, mémoire, message, occupation, siège, lutte, sacrifice, vivre ensemble, soldats, activistes

Des photos des manifestants palestiniens morts suspendues aux barbelés près de la barrière qui sépare Israël et la bande de Gaza 26 juin 2018 (Oren Ziv / Activestills.org)

Les activistes répondaient à un appel du comité de coordination de La Grande Marche et d’autres organisations palestiniennes, y compris la Fédération générale des syndicats palestiniens (PGFTU), à suspendre des photos des Palestiniens tués pendant les manifestations dans des villes autour du monde dans le but de sensibiliser le public concernant la crise actuelle à Gaza.

Selon le comité, « Depuis la ouverture des médias la première journée de notre marche, la suivie est devenue de moins en moins importante. Depuis le début de la Grande Marche de Retour, il y a eu plus de 135 manifestants sans armes tués par balles et plus de 14'000 blessés par les forces de l’occupation, y compris des enfants, des travailleurs médicaux, des journalistes et des handicapés.

 « En tant que citoyens israéliens, » a déclaré un participant qui préférait restait anonyme, nous avions envie de montrer notre solidarité avec les manifestants palestiniens qui ont participé dans la Grande Marche de Retour. Nous avons suspendu des photos en mémoire de ce qui ont été tués par l’armée [israélienne] uniquement parce qu’ils ont marché ici pour rappeler qu’ils manifestaient pour la liberté et la justice de tous les peuples de cette terre. »

Un autre activiste a ajouté : « Nous sommes venus au côté israélien de la frontière pour envoyer un message au peuple de Gaza qui s’oppose à l’occupation et le siège depuis longtemps. Nous voulions leur dire que leur lutte est visible et que leur sacrifice n’était pas en vain. Personnellement, j’espère qu’un jour nous pouvons vivre ensemble sur cette terre, libérés de l’occupation. »

Israéliens, armée, Gaza, Assemblée Générale, Nations Unies, civils palestiniens, force excessive, morts, blessés, balles exlosives, manifestations, Grande marche de Retour, gaz lacrymogène, Activestills, barrière, Israël, bande de Gaza, photos, barbelés, société civile palestinienne, crise, enfants, travailleurs médicaux, journalistes, handicapés, solidarité, liberté. justice, mémoire, message, occupation, siège, lutte, sacrifice, vivre ensemble, soldats, activistes

Des activistes israéliens et internationaux suspendent des photos des manifestants palestiniens tués sur une clôture de barbelés près de la barrière de séparation entre la bande de Gaza et Israël (Oren Ziv / Activestills)

Il ne fallait pas beaucoup de temps avant qu’une jeep militaire arrive avec des soldats. Ils ont commandé aux activistes d’enlever les photos. Les soldats ne semblaient pas comprendre la portée de la manifestation. Lorsqu’un activiste a demandé à un soldat s’il savait qui étaient les personnes dans les photos sur la barrière, il n’a pas répondu. « Ce sont les gens que vous avez tué ces derniers mois, » l’activiste a répondu pour le soldat, qui repartait. Les photos sont restées suspendues à la barrière.

Des actions semblables ont eu lieu la semaine passée : des activistes israéliens ont pendu des photos des manifestants palestiniens tués devant le Knesset et au boulevard Rothschild au cœur de Tel Aviv.

Oren Ziv est photojournaliste avec le collectif Activestills, qui réunit des photographes israéliens, palestiniens et internationaux qui croient que la photographie est un véhicule pour le changement politique et sociale. Leurs images apparaissent souvent dans les sites et les rapports des groupes de droits humains. Vous pouvez voir leurs images les plus récentes sur Activestills on Facebook, Flickr photostream ou vous abonner à leur email newsletter. Les éditeurs : Ryan Roderick Beiler, Keren Manor Shiraz Grinbaum. »

Les commentaires sont fermés.