15/06/2018

Dans les coulisses

Mohammed Arafat ne se laisse rattraper facilement sur le site We Are Not Numbers (WANN) – on peut choisir entre trois différents articles rédigés en une semaine !  La maîtrise de l’anglais de ce diplômé de l’Université Islamique de Gaza est vaste et sensible. En cliquant sur son blog https://moharafat.wordpress.com/, on découvre une quantité dense d’articles et de poèmes écrits depuis mai 2016. Arafat publie sur bien d’autres sites. Son choix de publier sur WANN est important : il a 25 ans, son écriture est un exemple parmi d’autres articles par ses collègues. Ces jeunes Palestiniens offrent un aperçu frais sur la situation dans la bande de Gaza ce jour d’Eid 2018. Je traduis un des derniers écrits d’Arafat. Il nous dévoile l’essentiel de la pauvreté grimpante dans la bande de Gaza à travers des rencontres personnelles. C’est le contexte dans lequel la Grande Marche de Retour continue envers et contre tout.

We Are Not Numbers, bande de Gaza, pauvreté, Grande Marche de Retour, frontière, Israël, dangers, manifestation, manifestants, morts, blessés, tireurs d'élite israéliens, fumée, vendeurs ambulants, Autorité palestinienne, salaires, chômage, travail, études, soldats, gaz lacrymogène

Un garçon sur les lieux de la Grande Marche ramasse des déchets de recyclage à revendre (photo de Mohammed Arafat)

Lire la suite

10/06/2018

Des voix depuis l’autre côté

Des voix des activistes israéliens se sont levées le jeudi 7 juin avec une action le long de la frontière entre Israël et la bande de Gaza. Les éditeurs du site Mondoweiss ont reçu une communication du groupe « RETURN » (RETOUR). Leur communiqué de presse était en anglais. Je livre sa traduction en français ici.

activistes, Juifs, Israéliens, frontière, Israël, bande de Gaza, RETURN, barrière, Grande Marche de Retour, martyrs, tuerie extrajudiciaire, journalistes, personnel médical, maifestants non-armés, solidarité internationale, forces militaires israéliennes, tireur de l'élite, Razan Al Najjar, réfugiés, justice, impunité israélienne, manifestants

Des activistes juifs israéliens du groupe « RETURN » ont suspendu des portraits des défunts de la Grande Marche de Retour sur la barrière qui sépare Israël de la bande de Gaza.

Lire la suite

02/06/2018

La parole aux jeunes

We Are Not Numbers ou WANN (« Nous ne sommes pas des numéros » en français) est un site qui donne la parole en anglais aux jeunes palestiniens. Sur la plateforme de WANN, « de jeunes palestiniens racontent les histoires sous-jacentes aux statistiques dans les médias. » Au milieu du Ramadan actuel – le Noël du monde arabe – une jeune femme écrit un article qui évoque le temps perdu de son enfance. À 22 ans, elle vit depuis 12 années sous le blocus de la bande de Gaza. Je livre la traduction de son article ici.

We e Not Numbers, Al-Zawiya, bande de Gaza, Hamas, Autorité palestinienne, chômage, salaires, jeunes, électricité, familles, blessés, Grande Marche de Retour, tireurs d'élite israéliens, deuil, dépression

Al-Orjwan Shurrab écrit pour We Are Not Numbers

Lire la suite

31/05/2018

Rien n’est plus comme avant

Douze enfants (tenant peut-être à la main des cailloux ou de petits drapeaux ou encore un cerf-volant ou qui, simplement, couraient), deux journalistes (appareil de photo entre leurs mains) et un auxiliaire de santé en train de secourait des blessés : des soldats israéliens ont choisi de mettre fin à leurs vies. Pourquoi ceux-là ? Ils font partie des 121 morts et près de 14,000 blessés de la Grande Marche de Retour. Selon quels critères les militaires visent-ils ? Et comment, mais comment, des tireurs de l’élite de l‘armée israélienne continuent-ils à vivre avec le souvenir de ce qu’ils ont fait aux vivants et aux morts ?

Le Haut-Commissaire des Droits Humains Zeid Ra’ad Al Hussein a bien posé la question : « Que deviens-tu lorsque tu tires avec l’intention de tuer sur quelqu’un sans aucune défense qui ne te pose aucune menace immédiate ? » Un acte pareil ne sert ni à défendre son pays ni à protéger la frontière. Pour les proches des victimes, il reste « l’après ». Une journaliste de Gaza nous fait rentrer dans l’intimité des familles en deuil qui ne comprennent pas. Son article récent pour l’Electronic Intifada est en anglais. Je le traduis ici en français.

journalistes, auxiliaire de santé, Grande Marche de Retour, militaires, tireurs de l'élite, armée israélienne, morts, blessés, deuil, Haut Commissaire des Droits Humains, Ramadan, Gaza, Israël, bande de Gaza, massacre du 14 mai, gilet orange,barrière, familles, blocus, Autorité palestinienne, salaires des fonctionnaires, manifestants non-armés, perte, douleur

Un garçon palestinien avec un cerf-volant près de la frontière à l’est de la ville de Gaza, 18 avril 2018 (photo : Yasser Qudih / APA images)

Lire la suite

24/05/2018

Assumer sa responsabilité

Moria Shlomat est actuellement avocate pour Ayelet Brachfeld, jeune israélienne qui refuse le service militaire, ou refusnik, comme les jeunes qui refusent le service militaire s’appellent en Israël. Ayelet a déclaré que la « tuerie insensée » le long de la frontière entre Israël et la bande de Gaza, a renforcé sa détermination de refuser de servir dans l’armée. Déjà en 2002, l’organisation des refusniks Yesh Gvul (en hébreu : « Il y a une limite ») a publié des annonces dans le journal israélien Haaretz intitulée « L’occupation : une malédiction des deux peuples.» Les évènements récents le long de la frontière entre Israël et la bande de Gaza met la position de la jeune Ayelet Brachfeld dans une perspective tout particulière. Je traduis ici les propos de son avocate, Moria Shlomot, publiés cette semaine dans le journal Haaretz.

responsabilité, Ayelet Brachfeld, Israélienne, service militaire, refusnik, frontière, Israël, bande de Gaza, l'occupation, l'armée, objecteurs de conscience, manifestants palestiniens, avocat, civils, l'obéissance, jeunes, ordres, tuerie, droits humains,

Ayelet Brachfeld a déjà passé plus de 70 jours incarcérée dans une prison militaire pour son refus de servir dans l’armée. (photo: https://www.wri-irg.org/)

Lire la suite

11/05/2018

« J’aime la mer … mon âme y est attachée »

Pêcher en Méditerranée est pour certains une activité de loisir - pour d’autres, toute une vie. Récemment, un reportage photographique sur Gaza raconte les entraves périlleuses subies par les pêcheurs gazaouis. La force de cet article en anglais d’Electronic Intifada réside dans les portraits visuels et écrits des individus. Mercredi passé, les pêcheurs de Gaza ont essuyé des tirs de la marine israélienne qui les ont empêchés de continuer leur travail. Comment vivre ce métier la peur au ventre à chaque sortie ? Selon B’Tselem, groupe israélien pour les droits humains, 95% des pêcheurs de Gaza vivent en-dessous du seuil de la pauvreté.

Gaza, Israël, pêcheurs, marine israélienne, tirs, bateaux, pêche, poissons, pauvreté, mer, bande de Gaza

Des pêcheurs près du port de Gaza

Lire la suite

18/04/2018

Les deux plus anciennes églises de Gaza renaissent

Quel sera le sort des anciennes ruines chrétiennes à Gaza ? Le public réuni au temple de Chêne-Bougeries en juin 2010 posait cette question à l’archéologue Jean-Marc Haldimann après une projection de « Sous les pierres de Gaza » (Jean-Gabriel Leynaud, 2005).  Aujourd’hui, une bonne nouvelle inespérée tombe : les deux magnifiques anciens sites chrétiens qui risquaient de disparaître vont être restaurés. Un article en anglais sur Al-Monitor l’annonce. Je vous en livre ici sa traduction en français. 

église byzantine, monastère, Gaza fouilles, restauration St Hilarion, Jabalia, Mukhaytim, Nuseirat, bande de Gaza, archéologue, site touristique,mosaîques, pavement, pierre, fonts baptismaux, trésors archéologiques, financement, ermite

Le site du monastère, 2014 (cliché René Elter)

Lire la suite

13/04/2018

Les yeux dans les yeux

Pourquoi maintenant ? Jean-Pierre Filiou dans son Histoire de Gaza explique l’urgence : « La paix entre Israël et Palestine ne prendra de sens et de substance qu’à Gaza, elle en sera la pierre de touche comme la pierre de voûte. » Amir Rotem l’a compris. Il est directeur du Département publique à Gisha, une organisation israélienne non-gouvernementale qui promet les droits humains, notamment la liberté de circuler, particulièrement pour les résidents de Gaza. Rotem vient d’écrire un article qui est apparu en hébreu sur Local Call, traduit en anglais sur + 972 mag, afin de mettre la Grande Marche populaire, qui se passe en ce moment le long de la frontière entre Gaza et Israël, en perspective. Je traduis ici ses propos en français. 

Gaza, Palestine, Israël, Gisha Grande Marche, blocus, fermeture, bande de Gaza, forces armées. Israéliens, Palestiniens, morts, blessés, électricité, eau, chômage, Hamas, passage de Rafah, Egypte, communnauté internationale, reconstruction, infrastructure, espoir, vie, droits

Une femme palestinienne manifeste contre le blocus ou la fermeture de la bande de Gaza, qui dure depuis 11 ans, devant les bureaux d’UNESCO, ville de Gaza, 13 mars 2018 (Mahmoud Ajour / APA images)

Lire la suite

05/04/2018

Non-violence : de la résistance efficace ?

Quand des milliers de personnes de tout âge, femmes et hommes, à Gaza, décident d’une « Longue Marche » pacifique le long de leur frontière avec Israël, c’est une question d’envie populaire qui dépasse complètement n’importe organisation. C’est la population civile qui anime les villages de tentes et les manifestations, les danses et les chants, ce vendredi 30 mars. Elle appelle à manifester pour pouvoir rester sur la terre, à résister à toutes les entraves de l’occupation israélienne et le blocus infligée sur la bande de Gaza depuis 11 ans.

Ce projet de non-violence est mis à rude épreuve juste au début des manifestations : l’armée israélienne a tiré sur un agriculteur sur ses terres trop près de la frontière à son goût. Il meurt. La marche pacifique s’est agitée par quelques jets de pierres et de cocktails Molotov lancés par une petite minorité. Mais les gens se sont rassemblés pour marcher pacifiquement. Ils avancent, forts de n’avoir rien à perdre. Pas une seule personne n’a transgressé la frontière interdite mais les snipers israéliens ont tiré – beaucoup de balles réelles - dans les têtes, dans la poitrine, dans le ventre, dans les jambes. Des individus sans aucune arme meurent : dix-huit à ce jour, 1'400 blessés – les blessures béantes des balles explosives posent problème aux médecins. (À lire, l’article de Piotr Smolar dans Le Monde du 4 avril : « Retour sur une répression meurtrière à Gaza.»)

            Quel est le sens de cette confrontation ? Pourquoi cette envie de marcher pacifiquement, s’exposant ainsi à des risques sous le gaz lacrymogène et les tirs pour mettre en lumière une situation que le monde a choisi d’ignorer ? Un article en anglais dans le journal israélien Haaretz répond à la question. J’en restitue l’essentiel ici en français.

non-violence, Gaza, Longue Marche, frontière, Israël, bande de Gaza, blocus, occupation, terre, civils, marcher, snipers, balles réelles, risques, tirs, Journée de la Terre, réfugiés, asymétrie, morts, blessés, Hamas, armée israélienne

Manifestants palestiniens à l’est de Khan Younis, 31 mars, 2018 (SAID KHATIB / AFP)

Lire la suite

10/11/2017

Tourisme à Gaza

Grâce à Facebook, Instagram et Twitter, il est maintenant possible de voyager autour de la bande de Gaza avec un guide expérimenté. C’est l’occasion idéale pour se dépayser par ces temps gris, tout en découvrant des bijoux de l’héritage palestinien. Un article récent en anglais sur le site d’Al Monitor décrit les démarches d’un jeune guide entreprenant. J’en livre la traduction ici.

photos 1.jpg

Abd al-Rahim al-Zraiee à bicyclette autour de Gaza, photo Facebook / Gaza Tourist, téléchargé le 28 mai 2017

Lire la suite