02/08/2013

L’étouffement : études, visites familiales entre Gaza et Cisjordanie – interdites !

Se déplacer de Gaza en Cisjordanie est impossible pour la plupart des Palestiniens de Gaza depuis l’an 2000, ceci en contradiction avec l’accord Interim (Oslo 2) signé par Israël et la Palestine à Washington en 1995. L’organisation israélienne HaMoked souligne l’obligation pour Israël de permettre le déplacement des Palestiniens de Gaza. Cette semaine, Amnesty International (USA) organise une campagne pour soutenir les étudiants de Gaza qui ne peuvent pas passer par Erez pour étudier à l’Université de Birzeit. D’autre part, le Centre Palestinien pour les Droits Humains (PCHR) publie l’histoire d’une femme gazaouie de 78 ans qui se voit refuser l’autorisation de rendre visite à sa fille à Hébron alors qu’elle ne se trouve qu’à deux heures de voiture.

Gaza, Cisjordanie, Erez, permis, déplacement, Interim, étudiants, famille, visites, punition collective,

 

 Mme Fatma Khalil Mubarak pense qu’elle devrait avoir le droit de voir sa fille (photo PCHR)

Lire la suite

27/11/2012

« Permettez à Gaza de respirer

Par Jessica Montell, directrice de B’Tselem, Centre israélien d’information pour les droits de l’homme dans les territoires occupés

(New York Times 21 novembre 2012)

En discutant du conflit récent dans la bande de Gaza et au sud d’Israël, on tombe la plupart du temps à des disputes de cours de récréation : Qui l’a commencé ? Qui se comporte de la pire manière ? Entretemps, des millions de gens des deux côtés de la frontière sont en train de payer un prix terrible, avec l’extrémisme comme vainqueur.

Lire la suite

18/10/2012

Huis clos : La dure réalité des universitaires

Une vis se serre de plus en plus injustement autour des étudiants gazaouis. Voici un résumé de la situation décrite dans un article publié par l’Associated Press le 15 octobre 2012.   

"Les USA laissent tomber des bourses pour Gaza suite à l’interdiction de déplacement imposée par l’Etat d’Israël 

par Lauren E. Bohn, Associated Press 

bourse, Gaza, Israël, Hillary Clinton, Hamas, études, université, Cisjordanie, USA, armée israélienne, terroristes

 (Photo: Adel Hana / AP)

L’étudiante Amal Ashour, 18 ans, pose avec ses livres d’études chez elle à Gaza-city, le 11 octobre 2012. Amal avait reçu une bourse pour étudier cet automne dans une université en Cisjordanie grâce à un programme américain. Mais Amal a récemment été informée que cette bourse n’est plus valable pour les étudiants de Gaza. Suite à des pressions israéliennes, les autorités américaines ont annulé ce programme initié il y a deux ans pour des étudiants gazaouis. Des diplomates avaient loué cette initiative pour sa valeur éducative offerte aux étudiants des territoires palestiniens.

Lire la suite

14/07/2010

La coriandre n’est plus une menace à la sécurité de l’Etat d’Israël !

La coriandre n’est plus une menace à la sécurité de l’Etat d’Israël, mais il est refusé à une avocate l’autorisation de sortie.

Cette situation absurde est à sens unique. Certaines denrées sont enfin autorisées à entrer dans la bande de Gaza tandis que les palestiniens continuent à se voir refuser les déplacements hors du territoire. (Voir l’article de Dan Izenberg dans The Jerusalem Post.) C’est un article du journal israélien Haaretz qui dénonce cette incohérence.

 1026720388.jpg

photo by Haaretz 

Lire la suite

30/04/2010

Laissez les jeunes de Gaza étudier en Cisjordanie !

Dix lauréats de l’Israel Prize et 50 autres demandent au Ministre de la Défense d’abolir l’interdiction de déplacement des résidents de la bande de Gaza vers la Cisjordanie pour y faire des études. Leur lettre est adressée également au Député Ministre de la Défense Matan Vilna’i. Cette nouvelle est annoncée dans le Jerusalem Post du 29 avril.

Lire la suite

00:14 Publié dans Conditions pour la paix | Tags : gaza, israel prize, ehud barak, études, cisjordanie, interdiction, gisha | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

30/03/2010

Le droit de protester contre l’injustice – une valeur universelle

La commémoration de la fusillade du 9 novembre 1932 sur la plaine de Plainpalais a son équivalent dans l’histoire palestinienne. Aujourd’hui, c’est la Journée de la Terre : ce jour-ci, en 1976, six palestiniens étaient tués dans une manifestation non-violente contre la confiscation des terres dans le Néguev. Ce jour marque le début d’une résistance pacifique palestinienne. Une banderole dans les rues de Genève posée aujourd’hui annonce une action dans le même esprit.

88672.jpg

 

 Une femme à Gaza peint une fresque murale à l’occasion de la Journée de la Terre le 30 mars 2010. (Maan Images/Wissam Nassar)

Lire la suite