27/06/2014

Le spectacle de la belle au bois dormant se joue à huis clos

Rafah, le seul passage de sortie et d’entrée pour la plupart des Palestiniens de Gaza, a ouvert ses portes le 15 juin pendant quatre jours pour quelques catégories restreintes de voyageurs pendant quatre jours. C’était la première fois depuis le 30 avril. Selon Gisha, une moyenne de 2'874 personnes par mois ont pu quitter la bande de Gaza entre janvier et mai de cette année, comparé à 19'112 en 2013. Il y a encore 15'000 personnes enregistrées actuellement en attente.

L’Union Européenne a crée une « mission d’assistance à la frontière », BAM son acronyme en anglais, pour régler le transit de personnes de Rafah, Palestine, à Rafah, Egypte, en 2005. Elle est cependant absente du passage de Rafah depuis 2007, tout en recevant des fonds abondants. Son mandat sera vraisemblablement reconduit la semaine prochaine. Le journaliste Matthew Kalman dénonce ces faits. Voici ma traduction de l'article original.

Rafah March 2014.jpg
Voyageurs en attente à Rafah, au sud de la bande de Gaza, le 29 mars 2014 (AFP PHOTO / SAID KHATIB)

Lire la suite

15/05/2014

Nouveau fait divers le long de la zone tampon

Le Centre d’informations alternatives(AIC) publie en anglais un fait divers qui ne trouve pas d’écho dans les medias francophones. Un ouvrier le long de la zone tampon (voir notre dernier billet) a été blessé par un tir de l’armée israélienne cette semaine. Voici son reportage, traduit par mes soins.

zone tampon, armée israélienne, bande de Gaza, frontière, tirs, blessé, B'Tselem, AIC, avertssement
Nizar Al-Wan se remet de sa blessure chez lui dans le camp de réfugiés de Jabalia le 13 mai 2014 (photo par Ryan Rodrick Beiler)

Lire la suite

30/04/2014

Encore deux civils blessés par des tirs israéliens

C’était le 28 avril 2014: deux hommes ramassaient des cailloux pour en faire du gravier comme cela se passe souvent le long de la zone tampon, près du passage d’Erez, au nord de la bande de Gaza. Une dépêche de Ma’an News explique que les tirs venaient d’une tour d’observation. Human Rights Watch vient de publier un communiqué de presse dénonçant ce genre d’action. Son communiqué « Israël : Les forces israéliennes doivent cesser de tirer sur les civils à Gaza » fait écho au photoreportage de Ryan Rodrick Beiler en février de cette année. On peut voir ses photos et lire son article en anglais sur le site du « +972 Magazine ».(Le nom de la magazine s’inspire du code téléphonique commun à Israël et à la Palestine.) J’en traduis quelques extraits ici.

zone tampon, bande de Gaza, Human Rights Watch, Israël, civils, armée israélienne, frontière, B'Tselem, mort, force létale, tirs
Des collectionneurs de gravier travaillent près d’une tour militaire avec un fusil de sniper télécommandé monté sur le côté
18 février 2014 (Photo par Ryan Rodrick Beiler/Activestills.org)

Lire la suite

12/03/2014

Jusqu’où ira l’armée israélienne ?

Fin février, Amnesty International publie un rapport « La gachette facile » (« Trigger Happy ») dénonçant la violence sans limites des soldats israéliens qui ont tué 22 civils palestiniens, dont 4 enfants, en Cisjordanie en 2013. Parmi ces cas, plusieurs semblent assimilables à des crimes de guerre. Depuis ces trois dernières années, 67 enfants et 194 adultes ont été gravement blessés par des tirs israéliens. Entre 2011 et 2013, 8'000 Palestiniens, dont 1'500 enfants, ont subi des blessures par des soldats en Cisjordanie. Dans presque tous les cas, les soldats responsables restent actifs dans l’armée. Comme le soldat qui a tiré sur en enfant de 11 ans dans la bande de Gaza le 21 février. Je traduis ici l’article, originellement en anglais. 

fadelabuodwan_image__04march14.jpg
Fadel Abou Odwan sur son lit de l’hôpital (photo Defence Children International)

Lire la suite

27/01/2013

Des chamelles et des hommes

« Les chameaux sont des animaux calmes et sympathiques tant qu’on leur donne un grand espace pour évoluer et manger toute l’herbe qu’il leur faut, » selon un éleveur gazaoui de chameaux. Rami Almeghari raconte la vie des chameaux à Gaza pour l’Electronic Intifada. 

chameaux, chamelles, Gaza, lait, zone tampon, frontière, paysan, agriculture, santé, courses de chameaux, Israël, Palestine

 Chameau dans une ferme au nord de la bande de Gaza (Ahmed Deeb)

Lire la suite

19/08/2010

Surfer à Gaza : surmonter les défis !

En 2007, Le Dr Dorian « Doc » Paskowitz, juif américain de 89 ans, amena à Gaza, à pied, la première planche de surf, en ignorant l’interdiction verbale du garde à la frontière. Il estimait avoir tous ses droits, vu qu’il a lui-même introduit la première planche de surf à Tel Aviv, il y a 50 ans. Co-fondateur de l’association Surfing 4 Peace avec l’israélien Arthur Rashkovan, « Doc » a accordé un entretien au journal Haaretz le 12 août, « Le siège contre les planches de surf » qui décrit comment un projet soutenu par les surfeurs du Frischman Beach à Tel Aviv était menacé par un refus inexplicable au passage d’Erez.

 

BBC_surf.jpg

  

Gazan surfers brave the sewage

 

Lire la suite

13:02 Publié dans Conditions pour la paix | Tags : gaza, blocus, surf, israël, planche de surf, erez, frontière | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

29/03/2010

L’armée israélienne s’attaque de nouveau à des paysans

Suite à l’invasion israélienne du 26 mars, trois bulldozers de l’armée israélienne ont rasé la maison et les terres d’une famille paysanne. Les terres de deux autres familles ont aussi été détruites systématiquement. C’est la continuation des actions de l’armée israélienne contre les fermes de la région depuis des mois, et même pour quelques-uns, depuis quatre ans.  Le dernier blog d’Eva Bartlett, journaliste canadienne à Gaza, raconte ces évènements. L’article original est en anglais.

 

img_0842.jpg

 

Lire la suite

23:39 Publié dans Connaissance du Monde | Tags : payans, armée israélienne, bulldozer, terres, démolitions, frontière | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | |

22/12/2008

Et la frontière égyptienne ?

Rien de plus normal que de se déplacer pendant les fêtes pour rendre visite à la famille et aux amis. Mais cette joie est hors de la portée des citoyens de Gaza. L’Egypte et Israël empêchent presque tout déplacement aux habitants de ce carré de terre à peine plus grande que Genève.

PICT0001.JPG

saison de lumière à Genève (photo Carol)

« Le silence mortel des arabes : Tout est calme sur la côte de Gaza »

Cet article a attiré mon attention suite à une petite marche samedi 20 décembre à Berne avec des adhérents du groupe « Droit pour Tous ». Une centaine de personnes ont remis une pétition signée par plusieurs parlementaires suisses aux représentants de l’ambassade égyptienne. La plupart de ces citoyens engagés, des cantons de Berne, Zürich et Genève, étaient d’origine arabe. La pétition conjurait l’Egypte d’ouvrir le passage de Rafah [sud de la bande de Gaza] aux palestiniens ayant besoin de voyager. Selon un article de Ma’an News du même jour, il y a quelques 1.500 personnes en attente de pouvoir partir. Ce même jour, il y avait un sit-in devant l’ambassade égyptienne à Gaza-ville.

Rannie Amiri a écrit son article pour Counterpunch le 18 décembre. Il a été publié par The Palestine Chronicle : http://www.Palestinechronicle.com , et il est traduit en partie ici. M. Amiri vit aux Etats-Unis.

1229729258gaza_sign_girls_protest.jpg

photo (AP)

« Gaza est une île.

Quoiqu’elle se trouve au milieu du monde arabe sur la frontière [de l’Egypte], l’un des plus importants de ces pays, avec une des populations la plus nombreuse, Gaza pourrait être un lieu isolé au milieu de l’océan, inconnu à tous. C’est peut-être bien ceci que ses habitants préféreraient à la négligence pernicieuse de leur frères arabes pendant que Gaza dépérit inexorablement sous le siège barbare d’Israël.

Aucune doute quant à la situation désastreuse à Gaza d’après les dires du Dr Richard Falk, Rapporteur Spécial sur la Situation des Droits Humains dans les Territoires Palestiniens pour les Nations Unies.

Le 9 décembre, M. Falk a déclaré qu’un effort urgent doit être fait par les Nations Unies pour protéger la population civile qui subit une punition collective relevant d’un crime contre l’humanité.

Un américain juif, professeur de droit international, dénonce des crimes contre l’humanité à Gaza, mais pas le moindre bruit du côté du Caire, d’Amman, de Riyad ou de Doha.

« Si selon l’ONU le verrouillage de la bande de Gaza constitue un crime de guerre, nous nous demandons pourquoi les gouvernements arabes n’exigent pas la réouverture du passage de Rafah, » a réagi la porte-parole de Hamas, Fawzi Barhoum…

P1030496.JPG
Le passage à Rafah  (Mike Cushman, à bord le SS Dignity, 4e voyage)

Dès juin 2007, les 1.5 millions citoyens de Gaza sont coupés du monde. C’est à cette date que le Hamas a exercé son autorité totale sur la bande de Gaza, alors qu’Israël et l’Egypte ont scellé la frontière. Depuis, les israéliens ont imposés des contraintes sur ce qui est permis d’importer; en ce moment, même les approvisionnements humanitaires de base sont frappés de restrictions – aliments, carburant, vêtements, huile de cuisine et médicaments. Comme résultat, selon la Press TV iranien, des centaines de patients sont morts [271, avec la mort de Muhammad Mahmoud Sa’ed, atteint du cancer, le 16 décembre, selon le Ministre palestinien de la santé], 40 % des ambulances sont condamnées, faute d’essence, et 75 % des enfants gazaouis souffrent de la malnutrition. Un article dans le Times du 14 décembre décrivait comment certaines familles sont réduites à manger de l’herbe. L’UNRWA vient d’annoncer qu’il est obligé de suspendre la distribution de la nourriture aux 750’000 gazaouis qui en dépendent. Il n’y a plus de farine, et Israël empêche le cheminement de la nourriture en maintenant fermés tous les passages à la frontière.

Personne ne devrait s’étonner que les pays arabes traînent les pieds ou même coopèrent avec les israéliens pour maintenir le siège.

De toute évidence, c’est l’Egypte le premier pays en faute : il a la possibilité d’ouvrir le passage de Rafah à volonté, même de façon permanente, pour permettre l’entrée des approvisionnements dont les gens ont désespérément besoin et la sortie des malades. Le silence assourdissant de l’Arabie saoudite, la Jordanie et les états du Golfe n’est pas surprenant. …  A la différence de l’Europe de l’ouest et des Etats-Unis, qui se demandent quelle sorte de menace le Hamas pose pour Israël, les gouvernements arabes se posent la question du danger de l’élection démocratique du Hamas pour leur propre pouvoir. 

Le Hamas est la bête noire … d’un dictateur comme … Mubarak [le président égyptien] … puisque le Hamas évoque le résultat des urnes comme marque de sa légitimité. Les gouverneurs arabes ne peuvent pas se dire démocratiquement élus. C’est tout simplement pour cela que le siège de Gaza est toléré par les dictateurs, les rois, les princes et les émirs de la région, tous soutenus par les Etats-Unis.»

P1030535.JPG

  vue de l’Egypte depuis Rafah (Cushman – http://www.freegaza.org )

Peut-on espérer ? : en cette même date du 20 décembre, le bateau SS Dignity est arrivé dans le port de Gaza pour la 5e fois avec à bord des délégués du pays du Qatar et de l’aide humanitaire. Que cela encourage d’autres pays arabes de persévérer dans leurs efforts (les cinq autres bateaux des pays arabes, décrits dans le dernier blog, ont dû renoncer à leurs voyages respectifs). 

12:24 Publié dans Connaissance du Monde | Tags : egypte, pays arabes, gaza, frontière | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | |