01/10/2018

Liberté, style gazaoui : il ne reste rien à perdre

L’Editorial du premier journal israélien Haaretz du 29 septembre résume la situation. Janis Joplin l’a déjà chanté: « Freedom’s just another word for nothin’ left to lose ». La culture palestinienne a pris un grand coup lors de la destruction du Centre culturel al Mishal par des bombes israéliennes le 9 août. Selon l’Organisation mondiale de la santé, les hôpitaux sont au bout des fournitures de toute espèce. Le rapport hebdomadaire du Centre palestinien des droits humains de la semaine passée confirme des attaques contre des pêcheurs. Tout projet éducatif, social ou artistique est impossible à entreprendre, faute de fonds.  L’éditorial, qui est en anglais, ne peut être plus clair quant à la limite critique où arrive la politique israélienne dans la bande de Gaza. Je vous livre ici sa version en français.

Haaretz, al Mishal, hôpitaux, pêcheurs, bande de gaza, blocus, eau, électricité, carburant, aide humanitaire, chômage, Hamas, Grande Marche de Retour, IDF, Autorité palestinienne, UNRWA, écoles, Israël

Avenir for Children (Fondation PACF), salle de classe endommagée après une frappe israélienne, 15 juillet 2018 (photo Mohammed Zaanoun/ APA images)

Lire la suite

04/09/2018

Pourquoi les affaires ne marchent pas ? [3e partie]

Pourquoi les affaires ne marchent pas ? [3e partie]

Une communication de Gisha, Centre israélien pour la libre circulation donne les détails d’un processus légal extrêmement long et compliqué qui a abouti à l’établissement de qui avait le pouvoir d’autoriser quoi concernant l’importation des biens dans la bande de Gaza. Grâce à Gisha, il y a plus d’un an, on sait que ce sont les autorités environnementales et en communication de l’Administration civile (CLA) pour la Cisjordanie qui délivrent les permis pour tout article dans les domaines de la communication, de la chimie ou du plastique. D’autres articles, tels des véhicules, des matériaux pour la construction, du bois de charpente, des machines à rayons-X, des réservoirs d’essence et des pompes, ont besoin de permis délivrés par l’officier de l’industrie et du commerce ou le chef du département de l’économie, qui travaillent tous les deux dans le CLA pour Gaza.

Les articles dits d’«aide humanitaire» (nourriture et tout ce qui est médical, par exemple) sont coordonnés avec le COGAT par l’Autorité palestinienne et l’ONU. Pour ce genre d’article, c’est le CLA pour Gaza qui a le mot final. C’est ainsi que Majd a appris que les Sunbox n’avaient pas reçu l’approbation nécessaire des autorités.

Le problème qui obsède les autorités israéliennes est le potentiel de l’« usage double » d’un article, c’est-à-dire, qu’un article ostensiblement à l’intention d’un usage civil risquerait à servir à un usage militaire. Les conséquences de ce souci sont le sujet de la troisième partie de l’article de M. Sadeh.  

Gisha, bande de Gaza, importation, permis, aide humanitaire, usage double,biens, marchandise, camion, commerçants, passage, Kerem Shalom, nourriture, essence, coût, stockage, revenu,réouverture, fermeture, carburent, gaz de cuisson, pénurie, électricité, générateurs

Le Sunbox – danger potentiel ? (https://www.launchgood.com/project/bringing_light_to_gaza_1#!/)

Lire la suite

02/09/2018

Pourquoi les affaires ne marchent pas ? [2e partie]

Lorsque j’ai commencé ce blog à Gaza en 2007, je fréquentais une imprimerie où les employés avaient des relations téléphoniques quotidiennes avec une firme en Israël qui leur fournissait du papier de meilleure qualité et meilleur marché que celui disponible depuis l’Egypte. Un employé de l’imprimerie en particulier apprenait l’anglais (dans un cours que j’enseignais) avec plaisir afin de mieux discuter avec son homologue israélien. Leurs discussions professionnelles tournaient autour des difficultés de l’importation de ce papier que l’Israélien voulait vendre et que le Palestinien voulait acheter. Cela me semblait absurde.

gaza, économie, électricité, Hamas, blocus, Isarël, marchandises, développement économique, importation, nourriture, produits, mouvement des biens, exportation, Gisha

Marché de la ville de Gaza, 6 mars 2018 (Ashraf Amra / APA images)

Lire la suite

31/07/2018

La canicule à Gaza

Deir al-Balah, ou « the home of the dates » (qui compte 75'000 habitants, contre 200’000 à Genève), se trouve au milieu de la bande de Gaza. Comme à Genève, la météo estivale – 33° aujourd’hui avec 61 % d’humidité – pose des défis aux habitants de ce camp des réfugiés, établi en 1948. À sa porte, au lieu du Lac Léman, il y a la Méditerranée. Mais la mer est polluée et l’eau n’arrive pas toujours jusqu’aux habitations, de même pour l’électricité – ce qui est difficile à imaginer à Genève. Pour les résidents de la bande de Gaza, chaque jour est un exercice de survie. Un article du journal israélien Haaretz par un employé de Gisha, le Centre israélien pour la libre circulation, décrit la vie des gens ordinaires – et encore privilégiés ! – dans sa ville de Deir al-Balah pendant ces jours de grande chaleur. Je traduis ces propos ici.

Gaz, Genève, Léman, Méditerranée, Deir al-Balah, mer, électricité, bande de Gaza, Israël, vie, centrale électrique, coupures, courant,l'eau, Kerem Shalom, commerce, suicides, Gisha,,

Le désespoir d’une femme bloquée au passage à la frontière de Rafah, 15 mars 2018 (photo Ibraheem Abou Moustafa/Reuters)

Lire la suite

25/07/2018

Le Quatorze Juillet à Gaza

A Genève, c’était la Belgique contre l’Angleterre. Le temps n’était pas meilleur pour la fête du quatorze juillet. Le long de la frontière avec Gaza, le soldat israélien Aviv Levi, 21 ans, fut abattu par des tirs. C’était la première issue fatale israélienne. (Depuis le 31 mars, on compte 142 morts et plus de 16'000 blessés Palestiniens.) En représailles, l’armée israélienne a bombardé une soixantaine d’immeubles liés, selon elle, au Hamas. Un de ces immeubles à la place Katiba, un parc dans la ville de Gaza, était vide – presque.

Deux amis inséparables de 15 et 16 ans qui se trouvaient sur le toit de l’immeuble abandonné ont rejoint le sergent Levi dans l’au-delà. Quel gâchis ! Selon le dictionnaire online, Aviv veut dire « printemps » ou « jeune ». Amir veut dire « prince », Luay, « perle ». Les trois familles et beaucoup de jeunes amis sont en grand deuil.

Un écrivain palestinien de 23 ans raconte en anglais le contexte de la courte vie d’Amir et Luay. Je traduis ces propos ici. Il faudrait qu’un ami d’Aviv prenne la plume également. La mort de ces jeunes pèse. Lourdement. La plupart des morts gazaouis de la Grande Marche du Retour sont des hommes, dont la plupart ont le même âge que les soldats qui tirent sur eux. Que les armes cessent de parler à la place des gens !

quatorze, Gaza, frontière, soldat israélien, morts, blessés, armée israélienne, Katiba, Grande Marche du Retour, avions israéliens, chaleur, Mondial, bombardements , plage, polllution, électricité

Un ami d’Amir et Luay endeuillé à Gaza (Al Jazeera)

 

Lire la suite

02/06/2018

La parole aux jeunes

We Are Not Numbers ou WANN (« Nous ne sommes pas des numéros » en français) est un site qui donne la parole en anglais aux jeunes palestiniens. Sur la plateforme de WANN, « de jeunes palestiniens racontent les histoires sous-jacentes aux statistiques dans les médias. » Au milieu du Ramadan actuel – le Noël du monde arabe – une jeune femme écrit un article qui évoque le temps perdu de son enfance. À 22 ans, elle vit depuis 12 années sous le blocus de la bande de Gaza. Je livre la traduction de son article ici.

We e Not Numbers, Al-Zawiya, bande de Gaza, Hamas, Autorité palestinienne, chômage, salaires, jeunes, électricité, familles, blessés, Grande Marche de Retour, tireurs d'élite israéliens, deuil, dépression

Al-Orjwan Shurrab écrit pour We Are Not Numbers

Lire la suite

13/04/2018

Les yeux dans les yeux

Pourquoi maintenant ? Jean-Pierre Filiou dans son Histoire de Gaza explique l’urgence : « La paix entre Israël et Palestine ne prendra de sens et de substance qu’à Gaza, elle en sera la pierre de touche comme la pierre de voûte. » Amir Rotem l’a compris. Il est directeur du Département publique à Gisha, une organisation israélienne non-gouvernementale qui promet les droits humains, notamment la liberté de circuler, particulièrement pour les résidents de Gaza. Rotem vient d’écrire un article qui est apparu en hébreu sur Local Call, traduit en anglais sur + 972 mag, afin de mettre la Grande Marche populaire, qui se passe en ce moment le long de la frontière entre Gaza et Israël, en perspective. Je traduis ici ses propos en français. 

Gaza, Palestine, Israël, Gisha Grande Marche, blocus, fermeture, bande de Gaza, forces armées. Israéliens, Palestiniens, morts, blessés, électricité, eau, chômage, Hamas, passage de Rafah, Egypte, communnauté internationale, reconstruction, infrastructure, espoir, vie, droits

Une femme palestinienne manifeste contre le blocus ou la fermeture de la bande de Gaza, qui dure depuis 11 ans, devant les bureaux d’UNESCO, ville de Gaza, 13 mars 2018 (Mahmoud Ajour / APA images)

Lire la suite

15/08/2017

Haaretz réagit face à « la situation humanitaire désastreuse » de Gaza

Le journal israélien Haaretz a publié un éditorial pour ses éditions en hébreu et en anglais le 14 août. Selon ses sources, les responsables de la défense et du renseignement israéliens essaient en vain d’avertir leur gouvernement de la folie du projet grandiose d’une nouvelle barrière avec la bande de Gaza. Ses conséquences écologiques et humaines pourraient être néfastes pour les populations de toute la région. Son coût ignore les besoins des citoyens israéliens, notamment des enfants en besoin d’éducation spécialisée. Je traduis ici les propos des éditorialistes du Haaretz.

parkour august 2017.jpg
Une de 7 photos publiées par Haaretz : des jeunes de Gaza pratiquent le parkour au port de Gaza le 11 août 2017

Lire la suite

25/10/2015

Des jeunes sont désespérés

En anglais, Maan News nous apprend l’étendue du désespoir à Gaza, où Israël garde bientôt 2 millions d’êtres humains dans une prison sans exutoire. Quand ce sont des jeunes qui n’arrivent plus à tenir, le point de non-retour est particulièrement palpant. Je traduis l’article ici.

Gaza, désespoir, suicide, police, bande de Gaza, Hamas, médecins, substances toxiques, blocus israélien, Egypte frontière, guerre, reconstruction, chômage, eau, électricité, pauvreté, aide, violence, radicalisation,
Lune de sang au-dessus de Deir al-Balah au début de l’éclipse totale de la lune, 28 septembre 2015 (Ashraf Amra / APA images)

Lire la suite

24/04/2015

« Vivre ici, ce n’est pas possible !

Les jeunes de Gaza cherchent à se faire entendre. Ils seront soutenus par un groupe de femmes israéliennes à Tel Aviv le 29 avril. Yael Marom est responsable de communication pour Just Vision ainsi que coéditrice du Local Call, site « sœur » de + 972 mag. Elle a publié l’appel des jeunes, en premier lieu sur le site de Local Call, en hébreu. Le site de + 972 mag l’a ensuite publié en anglais. Je livre une traduction française pour ceux qui veulent rester au courant de la vie des gens ordinaires, et surtout le sentiment des jeunes, enfermés dans la bande de Gaza.

Fady Bakhti.jpg
Fady Al Sheik Yousef, 27 ans, a aidé les enfants à changer leurs idées pendant l’offensive sur la bande de Gaza en été 2014 (photo Fares Chahine)

Lire la suite