11/06/2016

Les récoltes du CICR

Une bonne nouvelle pour les paysans de Gaza nous parvient du site Mondoweiss. La première récolte de l’été se passe plutôt bien quoique l’armée israélienne continue à ouvrir le feu de manière imprévisible. L’article est en anglais. Je livre sa traduction en français ici.

CICR, Gaza, paysans, récolte, armée israélienne, terrains, terres, blé, frontière, zones tampon, labourer, semer, risques, cultures, bande de Gaza, PCHR, assauts militaires, sécurité, arroser, agriculture
Kamal Kafarna travaille sur un de ses terrains à Beit Hanoun (Photo : Isra Saleh El-Namy)

Lire la suite

27/01/2013

Des chamelles et des hommes

« Les chameaux sont des animaux calmes et sympathiques tant qu’on leur donne un grand espace pour évoluer et manger toute l’herbe qu’il leur faut, » selon un éleveur gazaoui de chameaux. Rami Almeghari raconte la vie des chameaux à Gaza pour l’Electronic Intifada. 

chameaux, chamelles, Gaza, lait, zone tampon, frontière, paysan, agriculture, santé, courses de chameaux, Israël, Palestine

 Chameau dans une ferme au nord de la bande de Gaza (Ahmed Deeb)

Lire la suite

12/04/2008

Israël et Gaza : une dépendance réciproque

Ce billet est le résumé d’un article de Sadie Goldman pour l’Israel Policy Forum. L’original peut être lu, en entier, en anglais sur www.palestine.chronicle.com.  

Pendant que les pénuries désastreuses continuent dans la bande de Gaza, le Ministre israélien de l’agriculture Shalom Simhon se soucie des conséquences du siège pour l’agriculture israélienne. Il en parle à Nahum Barnea dans le journal Yediot Acharonoth du 4 avril.   Simhon explique que l’Etat d’Israël produit une fois et demie ses besoins en agriculture. La moitié du surplus est exportée en Europe et aux Etats-Unis. L’autre moitié va aux « territoires » – une moitié à la Cisjordanie, une moitié  à Gaza. Ceci revient à environ un milliard de dollars en 2006, selon Meron Rapoport qui s’exprime dans le Ha’aretz du 10 février – des bénéfices équivalents aux exportations de la France ou de l’Italie   Autrement dit, pour les agriculteurs israéliens, la situation à Gaza n’est pas une simple question de sécurité : elle menace leur gagne-pain.  

Israël fournit Gaza avec presque toutes ses matières premières, y compris les médicaments et le ciment. Si Israël n’avait plus la possibilité d’exporter dans les territoires occupés, Rapoport dit qu’il perdrait à peu près 2 milliards de dollars par année et quelques 76’000 emplois. « Chaque année, les gens de Gaza achètent entre 60 et 80 tonnes de fruit de l’Etat d’Israël – bananes, pommes, poires, pêches et avocats. »  Certains paysans israéliens dépendent complètement de ce marché pour leur revenus. Ceux-ci ne comprennent rien lorsqu’ils entendent le député au ministère de la défense Matan Vilnai dire « Nous voulons nous couper de Gaza », ou quand le Ministre de logement et de la construction Ze’ev Boim dit, « Nous couperons l’électricité de Gaza, puis ils peuvent s’étouffer là-bas. ». Du point de vue de l’agriculteur, voire du vendeur ou de la famille qui achète la nourriture, c’est dramatique que son pays se coupe de ses voisins.

 

 1027982857.jpg

poivrons au marché de Gaza (photo Shareef Sarhan) 

 

Simhon insiste: « On peut construire mille et une barrières … On ne peut pas s’ignorer. C’est la même eau, les mêmes eaux usées et la même agriculture entre la rivière du Jordan et la mer. » Il donne l’exemple du bétail. Après qu’Israël ait fermé ses frontières, ce n’était plus possible d’acheter du bétail israélien, alors on a passé du bétail égyptien à travers la frontière avec l’Egypte. Maintenant, il y a des menaces de fièvre aphteuse qui pourrait éventuellement contaminer le bétail israélien.

La peur de l’eau contaminée est particulièrement présente pour les israéliens et les palestiniens, et le blocus sur Gaza augmente les risques.  Selon Alex Renton dans le Sunday Herald du 5 mars, « Parce qu’Israël interdit l’importation des pièces de rechange, le vieux système des égouts pour la bande de Gaza … risque de s’effondrer. » Ce système, explique Renton, fonctionne grâce à un réseau de pompes alimentées par du combustible. Les pompes « enlèvent le trop-plein des eaux usées et le verse directement dans des décharges ou dans la mer. »

1255341212.jpg225609292.2.jpg

raisin de Gaza (photos Shareef Sarhan) 

Omar Abbas habite à côté d’un site d’égouts à Gaza. Il décrit les résultats du blocus : « Une heure après une coupure d’électricité, les eaux des égouts commence à sortir des bouches d’accès … l’eau sale déborde dans les rues jusqu’à dans les champs. » Des eaux contaminés nuisent autant aux habitants de Gaza qu’à ses agriculteurs. Il y a un an, un réservoir d’eau usée a débordé à côté d’un village au nord de la bande de Gaza, tuant quatre personnes. Le risque d’un autre incident plane toujours.

  1262329200.jpg

figues (photo Shareef Sarhan)

Le blocus de la frontière entre Israël et Gaza porte un coup dur aux agriculteurs gazaouis. Selon Dr Mohammad al-Agha, Ministre de l’agriculture du gouvernement de Gaza, le secteur agricole essuie des pertes journalières de 150’000 dollars depuis le jour où Israël a commencé à limiter ses exportations. « Ce chiffre dépassera les 125 millions de dollars à la fin de l’année s’il n’y a pas de changement, » a-t-il déclaré le 27 mars.  

Ironiquement, cette année aurait pu être spécialement propice pour les agriculteurs de Gaza. Tous les sept ans, les juifs ultra-orthodoxes laissent leurs terres en friche suivant un dictat de la bible, et l’année 2008 est une année de ce shmita. Simhon regrette que les agriculteurs gazaouis ont été empêchés d’exporter en Israël juste quand il y a plus de demande que d’habitude. « En fermant les frontières, nous avons poussé les gens de Gaza dans les mosquées et dans les bras du Hamas. »    

La situation politique et sécuritaire a indiscutablement des répercussions pour les agriculteurs des deux côtés de la frontière. Certains risquent leurs vies par des tirs de roquettes ou des balles de snipers. Mais ils risquent aussi la perte de leurs moyens de subsistance. La vraie question tourne autour de l’économie, l’eau potable et la nourriture saine : palestiniens et israéliens sont, de part et d’autre, mis en danger par la situation actuelle.   

229565063.jpg1802380232.jpg

 marché à Gaza (Basel Al Maqousi et Shareef Sarhan)

Mes remerciements aux photographes gazaouis du groupe www.artwfg.ps pour les illustrations de cet article.          

22:43 | Tags : palestine, gaza, israël, agriculture, eau | Lien permanent | Commentaires (12) | |  Facebook | | | |