26/05/2017

Pour les jeunes sans avenir, Israël reste la terre promise

A la fin des années quatre-vingts, déjà, les Gazaouis ont commencé à avoir des difficultés pour obtenir une autorisation de travail en Israël. Pourtant, une grande partie de la population en dépendait pour sa survie. Petit à petit, ce qui était normal devenait exceptionnel : depuis 10 ans, ce n’était plus possible de partir tôt – très tôt ! – le matin et revenir le soir après une journée de travail comme cela peut encore se faire entre la Cisjordanie et Israël. Le blocus économique et politique imposé par l’état d’Israël dure depuis 10 ans, cette situation kafkaesque touche de plein fouet la jeune génération. Un article récent en français de l’Electronic Intifada explique cette situation. Je le traduis ici de l’anglais.

frontière mai 2017 .jpg

A Gaza, où le chômage atteint un taux presque sans égal, des jeunes risquent leurs vies pour trouver du travail, de l’autre côté de la frontière, en Israël. (photo Abed Rahim Khatib / APA images)

Lire la suite

00:25 | Tags : gaza, chômage, jeunes, armée israélienne, frontière, israël, sinaï, travail | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | |

11/06/2016

Les récoltes du CICR

Une bonne nouvelle pour les paysans de Gaza nous parvient du site Mondoweiss. La première récolte de l’été se passe plutôt bien quoique l’armée israélienne continue à ouvrir le feu de manière imprévisible. L’article est en anglais. Je livre sa traduction en français ici.

CICR, Gaza, paysans, récolte, armée israélienne, terrains, terres, blé, frontière, zones tampon, labourer, semer, risques, cultures, bande de Gaza, PCHR, assauts militaires, sécurité, arroser, agriculture
Kamal Kafarna travaille sur un de ses terrains à Beit Hanoun (Photo : Isra Saleh El-Namy)

Lire la suite

21/11/2015

Il voulait un changement

Muhammad al-Bhaisy voulait montrer les couleurs du drapeau palestinien pour communiquer un message. Son père a cherché des mots pour expliquer les risques que son fils a pris en s’avançant près de la barrière entre Israël et Gaza le 6 novembre : « Il voulait que quelque chose change. » Les munitions de l’armée israélienne tirées contre les jeunes de Gaza sont inutiles et contreproductives. Mais en attendant une réponse plus adéquate de leur gouvernement au blocus qui étouffe la bande de Gaza depuis plus de 8 ans, les soldats tirent. Charlotte Silver raconte l’histoire d’un jeune non-violent en anglais. Je le traduis ici.

 demo flag.jpg
Manifestation près de la barrière entre la bande de Gaza et Israël, 27 octobre 2015 (photo Yasser Qudih / APA images)

Lire la suite

12/10/2015

Le quartier d’Al-Zeitoun porte le noir

Il y a peu de temps, Al-Zaytoun donnait l’exemple à la ville de Gaza en affichant des couleurs de l’espoir. Aujourd’hui, Zaytoun est dans le noir le plus écrasant. Une frappe aérienne israélienne, la première depuis la fin de la guerre de l’été 2014, y a dévasté une famille innocente dimanche 11 octobre 2015. Un article de Maan News en anglais raconte. Nous le résumons ici.

Ville de Gaza, Bande de Gaza, Al-Zeitoun, frappe aérienne israélienne, famille, maison, armée israélienne, morts, Khan Younis, rocquette
Yahya embrasse le corps de sa fille Rahaf que l’on vient enterrer (photo AFP)

Lire la suite

24/07/2015

L’oubli n’est pas pour demain

Photographe française, Anne Paq a suivi la guerre de 52 jours à Gaza en été 2014. La guerre l’a poursuivie depuis. Elle publie un mémorial aux victimes civiles des bombardements israéliens dans un article de l’Electronic Intifada en anglais. Je vous en livre une traduction ici.

Gaza, 52 jours, été 2014, bombardements israéliens, victimes, armée israélienne, familles, attaques, justice, survivants

« Encore aujourd’hui, des effets personnels des victimes de l’année passée sont éparpillés dans les ruines des maisons détruites. Cette chaussure appartenait à Hala Bassam Madi, 3 ans, tuée lors d’une frappe israélienne sur sa maison à Rafah, le 1er août 2014. Son père Bassam, sa mère Eman,  sa sœur Jana, 2 ans, et son cousin Youssef, 3 ans, sont morts avec elle. Un grand-oncle a succombé plus tard de ses blessures. (photo par Anne Paq, 14 novembre 2014)"

Lire la suite

30/05/2015

Fermé !

Une femme de Gaza est morte de déshydrations l’autre jour à cause de son attente au passage de Rafah, selon le journal israélien Haaretz. Elle faisait partie des 3'000 personnes qui espéraient retourner depuis l’Egypte cette semaine, l’Egypte ayant ouvert le passage pendant trois jours, mais à sens unique, après 75 jours de fermeture. Pour finir, seulement 1'629 ont pu rentrer. Haaretz réagit à la situation intolérable causé par le blocus de circulation de personnes entre Gaza et la monde extérieur. Je livre une traduction de l’éditorial original, en anglais. 

Gaza, Egypte, Rafah, passage, armée israélienne, SHin Bet, travail, permis bande de gaza. Hamas, guerre, étudiants, études,visas, Caire Erez, Allenby, aéroport, COGAT, Jordanie. Israël. traitement médical, sécurité, Palestiniens, Israéliens
Un passager palestinien arrive à Rafah en Egypte avec le projet de traverser la frontière de Gaza, 26 mai 2015 (photo par AP)

Lire la suite

28/01/2015

Ces Israéliens qui refusent de servir dans l’armée

Ils sont congédiés, les réservistes qui ont exprimé leurs critiques par rapport à l’occupation militaire israélienne dans les territoires occupés palestiniens. C’était en septembre que ces soldats de l’unité d’élite 8200 ont écrit une lettre pour refuser de servir dans l’armée israélienne. Ils mentionnaient, parmi d’autres motifs, la punition collective des habitants de Gaza pour expliquer leur décision. Les 43 hommes et femmes ont appris, le 26 janvier 2015, par les medias, que le commandant de l’unité 8200, le Brigadier Général Ehud Schneerson, les avait congédiés. Mairav Zonszein, journaliste qui écrit en anglais pour + 972 mag, cite la lettre dans laquelle ces ex-militaires des renseignements israéliens réagissent à la nouvelle. Ils soulignent que « la dure réalité » ne disparaîtra pas en les renvoyant.

armée israélienne, unité 8200, Gaza, service militaire, racisme, violence, lettre, Israel Arts and Sciences Academy, écoles israéliennes, Israël, occupation, territoires occupés palestiniens
La base de l’unité 8200 en Israël central (photo par David Bachar)

Dans une autre lettre adressée aux étudiants du prestigieux lycée Israel Arts and Sciences Academy (IASA) à Jérusalem le 28 décembre 2014, soixante anciens élèves et enseignants de l’école n’ont pas seulement affiché leur intention de refuser le service militaire mais aussi encouragé le refus de la part des jeunes de leur école. Encore une fois, « le … massacre à Gaza, une horreur commise en notre nom contre presque deux millions de personnes – dont la moitié des enfants et des adolescents » est cité comme raison de la prise de position du groupe. Abby Martin de la télévision Russia Today (RT) à Washington, D.C. a interviewé un des signataires de la lettre, Amit Gilutz. Gilutz plaide pour un changement de pédagogie dans les écoles israéliennes. Il maintient que les écoles en Israël servent à endoctriner avant d’éduquer.

armée israélienne, unité 8200, Gaza, service militaire, racisme, violence, lettre, Israel Arts and Sciences Academy, écoles israéliennes, Israël, occupation, territoires occupés palestiniens
Une soldate-enseignante dans une classe pendant la guerre au Liban de 2006 (photo par l’Education and Youth Corps de l’armée israélienne)

Compositeur et activiste, Gilutz explique que les signataires de la lettre s’inquiètent d’une violence et d’un racisme croissants dans leur société. Les femmes et les hommes « Palestiniens et Juifs » qui signent la lettre prônent la résistance au service militaire comme moyen de pression pour changer l’orientation militaire que les enfants israéliens reçoivent déjà au jardin d’enfants. Ils risquent la prison pour action illégale.

Nos remerciements à Ali Abunimah d’Electronic Intifada qui a décrit le contexte de cette lettre et l’entretien de Russia Today (en anglais).

22/01/2015

« Gaza 2014 »

Le journal israélien Haaretz annonce la publication, le 20 janvier, d'un premier rapport intitulé « Gaza 2014 » de Physicians for Human Rights (Médecins pour les droits humains) - Israël (PHR-IL) sur les événements de l’Opération Bordure de Protection l’été passé. L’EPER (Entraide Protestante Suisse) est parmi les multiples organisations internationales à avoir soutenu les démarches de huit experts chevronnés mandatés, dont un suisse, pour cette mission médicale indépendante. Les membres de la délégation ont visité la bande de Gaza trois fois – une fois pendant les combats et deux après – entre le 19 août et le 12 novembre 2014. Ce sont les seules personnes autorisées par les autorités israéliennes à conduire des investigations pendant le conflit. Le rapport, en anglais, comporte 237 pages. J’en résume quelques points importants ici. 

Gaza, Physicians for Human Rights, Israël, EPER, bande de Gaza, opération bordure de protection, sécurité, civils, droit international humanitaire, Al Mezan, attaques, santé, bombardements, frappes, armée israélienne, Khuza'a, Union européenne, ONU, Etats-Unis, rapport
Shijahiya toujours dévasté, 12 octobre 2014 (AP)

Lire la suite

28/12/2014

C’est vraiment le moment

Le 26 décembre 2014, l’éditorial du journal israélien Haaretz cite l’augmentation du nombre de jeunes de Gaza qui risquent leur vie à la recherche d’un travail et une vie meilleure de l’autre côté de la frontière en Israël. L’après-midi même, Ma’an News signale l’arrestation de deux jeunes palestiniens sur qui l’armée israélienne a tiré au nord de la bande de Gaza puisqu’ils se sont approchés de la barrière avec « l’intention de traverser la frontière ». Un des deux a été blessé aux jambes, les deux étaient amenés pour être interrogés. Cet incident apparemment mineur cache une situation générale insupportable. Selon Haaretz, il y a une augmentation de 25% des tentatives de ce genre depuis septembre. L’éditorial d’Haaretz, en anglais, l’explique en peu de mots que nous traduisons ici.

 haaretz, jeunes, Gaza, armée israélienne, barrière, travail, frontière, Israël, blocus, bande de Gaza, guerre, désespoir, emploi,, aide humanitaire, eau, électricité, reconstruction, libre circulation, Palestiniens, fermeture, mer, terre, air, économie, sécurité
La barrière entre Gaza et Israël (photo par Ilan Assayag)
 

Lire la suite

10/12/2014

Si proche et pourtant si loin

Un jeune de 20 ans de Gaza vit depuis l’âge de 12 ans sous le blocus. Dès l’âge de 14 ans, il a survécu à trois attaques majeures de l’armée israélienne avec toutes ses conséquences. Son monde est étriqué et fermé. L’éducation a toujours tenu une place de première importance pour les familles palestiniennes et surtout dans la situation de Gaza aujourd’hui. Les études, et surtout les études supérieures, ouvrent l’esprit à un monde auquel les jeunes n’ont pas d’accès sauf par la télévision ou par Internet.

Les jeunes savent que les adultes très âgés de Gaza ont étudié avec les Anglais à Jérusalem. Ils envient les adultes en-dessus de 40 ans ayant étudié en Cisjordanie, aux universités de Birzeit, Naplouse et Bethléem, où ils ont perfectionné leur anglais. Beaucoup de personnes de cette génération ont étudié également aux Etats-Unis, en Russie, au Caire et dans bien d’autres pays. Les francophones ont appris le français en Algérie et en France. Tout ceci est du passé. Pour la plupart des jeunes de Gaza, la possibilité de poursuivre leurs études à l’extérieur est minime et d’autant plus enviée. Un article en anglais du Monitor nous raconte la situation de 1'500 étudiants bloqués actuellement à Gaza avec des bourses et des visas qui ne leur servent à rien. Je le traduis ici. 

Gaza, blocus, armée israélienne, éducation, jeunes, étudiants, bourses, visas, fermetrue, Rafah, Erez, université, droit d'étudier, manifestation, libre circulation, Israël, Cisjordanie
Les jeunes de Gaza aspirent à la liberté :
Parkour dans des maisons détruites par l’armée israélienne cet été à Khan Younis, 4 novembre 2014 (photo par Ashfar Amra / APA images)

Lire la suite