13/05/2016

Quelqu’un ?

D’habitude, ce jeune musicien écrit des paroles de rap qu’il chante avec son frère. Mais il a quelque chose à dire au monde hors du seul monde qu’il connaît dans la bande de Gaza. Il a publié son message sur l’Electronic Intifada en anglais. Nous le traduisons ici.

chansons, rap, bande de Gaza, ville de Gaza, musique films, jeunes artistes, frustrations Gaza, sière Israël, attaques, bombardements, travail, gouvernement, créativité, blocus, profit, l'art, occupation
Mohammed El Susi enregistrant une chanson dans un studio, ville de Gaza, 23 mars 2015 (photo Edouardo Soteras Jalil / Al Jazeera)

Lire la suite

26/07/2015

La mort au fond de soi

Le quotidien des gens de Gaza consiste à continuer leur vie au milieu des traces qui rappellent l’horreur. Après un an, la reconstruction vient de commencer. Journaliste, Amira Hass a capturé l’essentiel de la situation à l’aide de différents témoignages. Israélienne, elle a vécu à Gaza dans les années 90 et y était en visite chez des amis de la ville de Gaza lors de mon premier séjour en 2001. Je traduis ici son article de l’édition anglaise du Haaretz. 

mort, quotidien, Gaza, reconstruction, Amira Hass, Jan Andreae, gens traumatisés, Shivering in Gaza, Hassan Ziadah, psychologue, bande de Gaza, enfants, Hamas, B'Tselem, Henk Zanoli, douleur, dépressions, droits humains, UNRWA, Ramadan, ruines, bombardements, maisons, haitants, chômage, avenir
Cet homme, travailleur de l’aide humanitaire, a tout vu pendant les 52 jours de bombardement en été 2015. Psychothérapeute hollandais, Jan Andreae est allé à Gaza travailler avec des gens traumatisés comme lui. Photo du film
« Shivering in Gaza » (photo Kesteren)

Lire la suite

17/04/2015

L’élan extraordinaire de la jeunesse

Pendant les huit années du blocus israélien sur la bande de Gaza 400'000 enfants sont nés. Ces jeunes enfants et les adolescents vivent avec comme seule mémoire la privation totale de leurs droits élémentaires : pas de possibilité de voir leur famille en Cisjordanie ou à l’étranger ou avoir leurs visites, donc sans pouvoir embrasser leurs grands-parents ou jouer avec leurs cousins ; peu de chances d’étudier comme ils auraient choisi, donc pas une possibilité de faire des projets de vie. Ils ont besoin de gagner de l’argent pour une famille dont le père est au chômage forcé face à un marché de travail saturé (presque la moitié de la population dépend de l’aide alimentaire internationale). Les jeunes subissent la violence de l’occupation israélienne et même des trois attaques féroces depuis 2008 comme une fatalité qu’ils ne peuvent pas changer. Ils vivent avec. Il est difficile de se mettre à leur place : comment sauter les obstacles énormes qui se dressent dans leur chemin ? Comment refuser la violence quotidienne dont ils sont les témoins ? Un article en anglais et des photos offrent un regard sur le monde des jeunes de Gaza qui, envers et contre tout, cultivent l’espoir. Je traduis l’article – les photos parlent d’elles-mêmes !

parkour_activestills20.jpgDans une rue principale de la ville de Gaza (photo par Basel Yazouri)

Lire la suite

01/02/2015

Sept mois sans salaires

Durant les situations cauchemardesques des attaques israéliennes de l’été et jusqu’à aujourd’hui, le personnel médical de Gaza a travaillé sans rémunération. En décembre 2014, les nettoyeurs des hôpitaux ont mené une grève pour attirer l’attention sur le fait qu’ils travaillaient sans paie depuis six mois. Sans résultat. Les médecins, les infirmiers, les ambulanciers et les aides-soignants ne sont pas les seuls. Selon les conclusions d’une mission récente du Fond monétaire international (FMI) publiées le jeudi 29 janvier, la guerre de Gaza a causé une baisse de 15% dans l’activité économique de Gaza déjà durement éprouvée. Le FMI a également déclaré que le refus d’Israël de payer les 127 millions de dollars d’impôts qu’il doit à l’Autorité palestinienne, prélevés sur les importations vers Gaza et la Cisjordanie, rend presque impossible le rétablissement de l’économie palestinienne cette année. Rami Almeghari raconte ce scandale dans un article en anglais pour l’Electronic Intifada que nous traduisons ici.

Gaza, hôpitaux, travailleurs, Israël, Autorité palestinienne, Fatah, Hamas, infirmiers, médecines, ambulanciers, grève, salaires, bombardements, attaques, missiles, santé, Khuza'a, 2014, crise, Hôpital Nasser, Khan YounisPersonnel médical au travail le 1er août 2014 (The Times of London)

Lire la suite

22/01/2015

« Gaza 2014 »

Le journal israélien Haaretz annonce la publication, le 20 janvier, d'un premier rapport intitulé « Gaza 2014 » de Physicians for Human Rights (Médecins pour les droits humains) - Israël (PHR-IL) sur les événements de l’Opération Bordure de Protection l’été passé. L’EPER (Entraide Protestante Suisse) est parmi les multiples organisations internationales à avoir soutenu les démarches de huit experts chevronnés mandatés, dont un suisse, pour cette mission médicale indépendante. Les membres de la délégation ont visité la bande de Gaza trois fois – une fois pendant les combats et deux après – entre le 19 août et le 12 novembre 2014. Ce sont les seules personnes autorisées par les autorités israéliennes à conduire des investigations pendant le conflit. Le rapport, en anglais, comporte 237 pages. J’en résume quelques points importants ici. 

Gaza, Physicians for Human Rights, Israël, EPER, bande de Gaza, opération bordure de protection, sécurité, civils, droit international humanitaire, Al Mezan, attaques, santé, bombardements, frappes, armée israélienne, Khuza'a, Union européenne, ONU, Etats-Unis, rapport
Shijahiya toujours dévasté, 12 octobre 2014 (AP)

Lire la suite

15/11/2014

« Dans une froide indifférence … »

C’est ainsi qu’Amnesty International décrit les bombardements israéliens de cet été contre des habitations palestiniennes où les familles se croyaient à l’abri. Son rapport fut annoncé par un communiqué de presse le 5 novembre. Il semble être passé sous silence par la plupart des médias. J’en résume l’essentiel en citant quelques extraits ici.

Amnesty International, Israël, bombardements, attaques, Gaza, crimes de guerre, roquettes, maisons, armée israélienne, marine israélienne, pêcherus, paysans, médias, Statut de Rome, Cour pénale internationale, Conseil de sécurité, habitations, familles
Photo accompagnante le communiqué de presse : « Les forces israéliennes ont tué des dizaines de civils palestiniens dont de nombreux enfants dans des attaques menées contre des habitations.  EPA

Lire la suite

20/09/2014

À petits pas

Le changement commence souvent grâce à des minorités : après la lettre des réservistes du renseignement, on apprend que les Druzes israéliens commencent enfin à être dispensés du service militaire, comme ils le demandent depuis longtemps. Des citoyens israéliens vivant près de la bande de Gaza en ont aussi assez de la punition collective de Gaza. Naomi Benbassat, résidente du Moshave Ein Habesor, a écrit un article en anglais dans le Haaretz en tant que membre de l’association Other Voice (L’autre voix). Je le traduis ici.

bande de Gaza, punition collective, Moshave Ein Habesor, attaques israéliennes, roquettes Kibboutz Nirim, violence, sécurité, enfants, mères, bruit, bombardements, Israël, barrière de séparation, Other Voice, Sderot, blocus, siège, paix, pénurie, carburant, eau, douleur, désespoir, voisins, tunnels, Hamas, négociations
 Un enfant blessé attend des soins à l’hôpital Shifa, ville de Gaza après des attaques israéliennes, 30 juillet 2014. (Basel Yazoun/Activestills.org)

Lire la suite

05/09/2014

L’énormité incommensurable des pertes

Le silence règne sur le deuil et le désarçonnement de gens de Gaza face à la désolation de leur lieu de vie. La désolation des lieux est visible ici : http://www.kolor.com/virtual-tours/20140818-kolor-lewis-whyld/. Mais la désolation la plus grande est invisible : il continue dans le cœur de chaque personne qui a survécu à l’assaut israélien. Il y a des enfants qui ont perdu la parole devant l’horreur, comme en 2009. Un exemple : Sara Ahmed, 7 ans, qui ne parle plus depuis que l’on l’a trouvé dans les bras de son père mort, sous les décombres de sa maison. Elle ne fait que gémir ou pleurer. Une autre Sarah de 23 ans s’exprime pour la petite Sara et pour tant d’autres dans un article en anglais sur le site du Mondoweiss. Je le traduis ici. 

Gaza, vie, assaut israélien, enfants, guérir, opération bordure protectrice, tuerie, bombardements, douleur, pertes, blessures, maisons, souvenirs, survivre, mort
Sara Ahmed a déjà subi trois opérations. Elle ne peut plus mouvoir l’une de ses jambes dont le nerf est sectionné. (photo UNICEF/NYHP2014-1070/d’Aki)

Lire la suite

21/08/2014

Comment en sont-ils arrivés là ?

Journaliste israélien, Ami Kaufman est en deuil : ses concitoyens ont perdu toute sensibilité morale. Il écrit en anglais. Je vous propose la traduction de son article tout en réfléchissant aux propos de Didier Burkhalter et Peter Maurer dans Le Temps d’aujourd’hui :« Un droit qui est régulièrement violé, sans que cela suscite de véritable réaction, risque peu à peu de perdre de sa validité. … Le droit international humanitaire est… un droit irrévocable ; ce droit repose sur une conviction forgée à travers les siècles et les cultures [pour] éviter que les guerres ne dégénèrent en barbarie. »

 

Meurtre, innocents, droit international humanitaire, Palestiniens, IDF, maison familiale, Israël, civils, Gaza, 2002, Salah Shehadeh, souffrance, racisme, massacres, société israélienne, tuerie, crimes de guerre, Dan Halutz, armée israélienne, Shujahiya, Dresde, B’Tselem, familles, bombardements, Israéliens
Bombe non explosée dans une maison de Beit Hanoun 4 août 2014 (Photo Activestills par Anne Paq)

Lire la suite

03/08/2014

Du jamais vu : une guerre contre des civils

Martin Lejeune, qui serait le seul journaliste allemand actuellement dans la bande de Gaza, nous livre une tranche de sa vie ces derniers neuf jours de juillet 2014. Sa conclusion en titre de ce billet est claire. Il publie sur son blog http://martin-lejeune.tumblr.com/ en anglais. Je vous traduis un article publié sur le site du Mondoweiss le 2 août 2014  ici. Je travaille en écoutant les nouvelles du bombardement d’une troisième école de l’UNRWA à Beit Lahiya, tuant et blessant des civils qui y avaient pris refuge après avoir suivi les conseils de l’armée israélienne d’abandonner leurs maisons. 

bande de Gaza, médecins, Shifa, catastrophe humanitaire, guerre, civils, missiles, F-16, armée israélienne, drones, soldats, droit international, ltats européens, violations des conventions internationales, crimes de guerre, hôpitaux, centrale électrique, eau, électricité, internet, téléphones, pain, argent, bombardements
Martin Lejeune avec ses amis médecins à l’Hôpital de Shifa, Ville de Gaza, juillet 2014

Lire la suite