deuil

  • La parole aux jeunes

    Imprimer

    We Are Not Numbers ou WANN (« Nous ne sommes pas des numéros » en français) est un site qui donne la parole en anglais aux jeunes palestiniens. Sur la plateforme de WANN, « de jeunes palestiniens racontent les histoires sous-jacentes aux statistiques dans les médias. » Au milieu du Ramadan actuel – le Noël du monde arabe – une jeune femme écrit un article qui évoque le temps perdu de son enfance. À 22 ans, elle vit depuis 12 années sous le blocus de la bande de Gaza. Je livre la traduction de son article ici.

    We e Not Numbers, Al-Zawiya, bande de Gaza, Hamas, Autorité palestinienne, chômage, salaires, jeunes, électricité, familles, blessés, Grande Marche de Retour, tireurs d'élite israéliens, deuil, dépression

    Al-Orjwan Shurrab écrit pour We Are Not Numbers

    Lire la suite

  • Rien n’est plus comme avant

    Imprimer

    Douze enfants (tenant peut-être à la main des cailloux ou de petits drapeaux ou encore un cerf-volant ou qui, simplement, couraient), deux journalistes (appareil de photo entre leurs mains) et un auxiliaire de santé en train de secourait des blessés : des soldats israéliens ont choisi de mettre fin à leurs vies. Pourquoi ceux-là ? Ils font partie des 121 morts et près de 14,000 blessés de la Grande Marche de Retour. Selon quels critères les militaires visent-ils ? Et comment, mais comment, des tireurs de l’élite de l‘armée israélienne continuent-ils à vivre avec le souvenir de ce qu’ils ont fait aux vivants et aux morts ?

    Le Haut-Commissaire des Droits Humains Zeid Ra’ad Al Hussein a bien posé la question : « Que deviens-tu lorsque tu tires avec l’intention de tuer sur quelqu’un sans aucune défense qui ne te pose aucune menace immédiate ? » Un acte pareil ne sert ni à défendre son pays ni à protéger la frontière. Pour les proches des victimes, il reste « l’après ». Une journaliste de Gaza nous fait rentrer dans l’intimité des familles en deuil qui ne comprennent pas. Son article récent pour l’Electronic Intifada est en anglais. Je le traduis ici en français.

    journalistes, auxiliaire de santé, Grande Marche de Retour, militaires, tireurs de l'élite, armée israélienne, morts, blessés, deuil, Haut Commissaire des Droits Humains, Ramadan, Gaza, Israël, bande de Gaza, massacre du 14 mai, gilet orange,barrière, familles, blocus, Autorité palestinienne, salaires des fonctionnaires, manifestants non-armés, perte, douleur

    Un garçon palestinien avec un cerf-volant près de la frontière à l’est de la ville de Gaza, 18 avril 2018 (photo : Yasser Qudih / APA images)

    Lire la suite

  • GAZA EN DEUIL

    Imprimer

    Hier, un rassemblement a regroupé des milliers de Gazaouis de toutes tendances politiques et de diverses associations de la société civile. Ils rendaient hommage au journaliste Vittorio Arrigoni qui partageait leur quotidien depuis 2008. Sauvagement tué par des ravisseurs le 15 avril, cet italien avait participé aux opérations de sauvetage par les ambulanciers pendant les attaques israéliennes en hiver 2008-09. Vittorio accompagnait des pêcheurs et des paysans travaillant sur mer et sur leurs terres, souvent au risque de leur vie. Le peuple gazaoui le réclame comme le sien.

    110416102943Rtekb.jpg

    Ce soir, au centre de la ville de Gaza, les gens se rassemblent à nouveau. Merci à Ziad Medoukh pour les photos qui suivent. (Le panneau « Stay human ! » fait référence au livre « Rester humain à Gaza » que Vittorio avait publié en italien en 2009 sous le titre « Restiamo Umani ». Le livre existe aussi en anglais.)

    1104151537391xJD.jpg

    Cliquer ici pour lire l'article de Vittorio paru sur ce blog en décembre 2008.

    Lire la suite

  • Protection illusoire

    Imprimer

    L’Opération Plomb Durci en décembre 2008 et janvier 2009 a dévasté la population civile de Gaza matériellement et moralement. Sommés par des feuillets lâchés par des avions israéliens de quitter leurs maisons, des centaines de familles ont cherché un abri illusoire : la bande de Gaza était scellée, il n’y avait nulle part où se réfugier en sécurité. Plus de 80% des tués dans les 23 jours cauchemardesques de l’assaut étaient des personnes sans aucun lien politique, dont 342 enfants.  Nejoud al-Ashqar, une survivante d’une attaque sur une école de l’UNWRA, a perdu un bras en essayant de protéger ses enfants. En vain. L’article original de son histoire se trouve sur l’Electronic Intifada.

    Lire la suite

  • Vivre avec le deuil

    Imprimer

    Pour ceux qui comprennent l’anglais, le journal The Guardian reste le témoin par excellence de la vie à Gaza. Dans la série « Cette semaine à Gaza » (http://www.guardian.co.uk/world/series/aweekingaza), Clancy Chassay nous lègue une vidéo de 5 minutes sur le travail d’une psychologue avec des enfants. L’importance de ce travail pour les adultes en devenir est inestimable : c’est la garantie d’une société saine capable de vivre pleinement dans le présent en envisageant activement l’avenir.

     

    Cela fait huit ans que Mme Insherrah Zakout travaille le deuil avec les habitants de Gaza. Elle continue malgré la perte de son propre fils lors des attaques sur Gaza cet hiver.

    Insherrah.jpg
    il n’y a pas d’enfance normale, 16 mai 2009

    Lire la suite