13/09/2014

Jusqu’à quand ?

Malgré le cessez-le-feu, des terres agricoles à Gaza ont été rasées le matin du 11.09.2014 par quatre bulldozers Caterpillar accompagnés par des véhicules de l’armée israélienne. Le 12.09, des forces marines israéliennes ont tiré sur des bateaux de pêcheurs pour la deuxième fois cette semaine. Déjà le 9.09, l’armée de la mer avait arrêté quatre pêcheurs et confisqué leur bateau. Cela se passe à maintes reprises depuis de longues années, passé sous silence par les médias et le monde international. Ce n’est qu’un peu de terre, ce ne sont que des paysans pauvres. Des pêcheurs ? Ont-ils des droits ? On reste coi. Cela fait partie du siège. Et, petit à petit, il y a moins de terre et moins de nourriture pour les gens de la bande de Gaza, moins de travail dans les métiers traditionnels de la terre et de la mer.

Des témoins sont pourtant là : Charlie Andreasson, qui a risqué sa vie sous les bombes israéliennes cet été, nous livre ses dernières observations en anglais. Nous le traduisons ici.

Gaza, Israël.occupation, Mustafa Barghouti, PNI, Palestine, bombes, maisons, Cisjordanie, bulldozers, tanks, drones, frontière, bande de Gaza, terre, mer, nourriture, paysans, pêcheurs, armée israélienne, cessez-le-feu, blocus
Des Palestiniens pourvus d’un passeport étranger ont pu fuir les bombardements israéliens pendant une rare ouverture du passage de Rafah cet été.(13 juillet 2014, photo par Reuters)

Lire la suite

03/08/2014

Du jamais vu : une guerre contre des civils

Martin Lejeune, qui serait le seul journaliste allemand actuellement dans la bande de Gaza, nous livre une tranche de sa vie ces derniers neuf jours de juillet 2014. Sa conclusion en titre de ce billet est claire. Il publie sur son blog http://martin-lejeune.tumblr.com/ en anglais. Je vous traduis un article publié sur le site du Mondoweiss le 2 août 2014  ici. Je travaille en écoutant les nouvelles du bombardement d’une troisième école de l’UNRWA à Beit Lahiya, tuant et blessant des civils qui y avaient pris refuge après avoir suivi les conseils de l’armée israélienne d’abandonner leurs maisons. 

bande de Gaza, médecins, Shifa, catastrophe humanitaire, guerre, civils, missiles, F-16, armée israélienne, drones, soldats, droit international, ltats européens, violations des conventions internationales, crimes de guerre, hôpitaux, centrale électrique, eau, électricité, internet, téléphones, pain, argent, bombardements
Martin Lejeune avec ses amis médecins à l’Hôpital de Shifa, Ville de Gaza, juillet 2014

Lire la suite

30/07/2014

Insoutenable

L’opinion mondiale s’indigne de plus en plus : une deuxième des 85 écoles de l’UNRWA, qui tentent d’abriter les 180'000 personnes officiellement déplacées dans le conflit, a été frappée par des tirs israéliens le 30 juillet 2014. Le bilan de ces trois dernières semaines en ce qui concerne la souffrance humaine n’est pas chiffrable. L’armée israélienne semble anesthésiée quant aux conséquences effroyables de ses actions à Gaza. Selon une amie palestinienne qui suit les évènements heure par heure au téléphone avec sa famille habitant Gaza, « La situation à Gaza est au-delà du désastre. »  Dans ce contexte, je traduis les informations d’une journaliste néerlandaise qui suit le conflit israélo-palestinien depuis longtemps. L’article original est en anglais sur le site des Blogs de l’Electronic Intifada.

écoles, UNRWA, armées israélienne, Gaza, ONU, drones, Al-Haq, Hellfire, DIME, Mads Gilbert, hôpital Shifa, médecins, blessures, victimes, Palestiniens, Droit Humanitaire, PCHR, armes, Convention sur certaines armes conventionnelles, proportionnalité, humanité, Statut de Rome, Cour pénale internationale, attaques israéliennes Un enfant dort dans une école de l’ONU le 13 juillet 2014 (photo par Anne Paq / ActiveStills)

Lire la suite

17/07/2014

Le gouvernement suisse appelé à l’aide

Un acteur central dans la résolution de la situation actuelle à Gaza, bien connu à Genève, affirme la nécessité d’une intervention du dépositaire suisse des Conventions de Genève pour protéger les civils dans le conflit. Le portail Internet Qantara, qui veut dire « pont » en arabe, publie un entretien avec Raji Sourani. Vous en trouverez ma traduction ci-dessous.

civils, libre circulation, état de droit, Bande de Gaza, Conseil des Droits de l'Homme, crimes de guerre, gouvernement Suisse, Hautes Parties contractantes, peuple palestinien, punition collective, occupation, protection, droits humains, Raji Sourani, PCHR, siège, drones, F16, roquettes, bombardements
Raji Sourani (photo Qantara)

Lire la suite

16/06/2014

Ces drones qui patrouillent le ciel de Gaza

Un article récent de l’Electronic Intifada critique la décision de l’armée suisse d’acheter six drones de la société israélien Elbit, le Hermes 900. Ce drone était en question dans mon billet du 04.10.2011, la cause des souffrances insoutenables d’Ibrahim et Mohammed Zaza, 12 et 14 ans. Ibrahim est mort après des semaines de calvaire. Ils jouaient devant leur maison familiale. L’armée n’a donné aucune explication. Deux jours plus tard, Haitham Ma’rouf, 13 ans, était frappé par un même drone pendant qu’il aidait sa mère à arroser leurs légumes. Il est mort une semaine plus tard, comme les cousins Zaza, dans un hôpital israélien. Amnesty International a dénoncé la mort par drone de deux autres enfants en novembre 2012. Muhammed Ibrahim Ashour, 8 ans, jouait dans son jardin. Mahmoud Khousa, 13 ans, allait au magasin pour acheter un stylo pour sa petite sœur. Pourtant, selon le lieutenant-colonel R., responsable de l’escadron des drones à Gaza, interviewé par Scott Wilson du Washington Post le décembre 2011, la haute technologie des drones permet à leurs opérateurs de voir presque tout : ‘Je peux voir si le moteur de votre voiture est allumé et si vous fumez une cigarette.’  Dans ce contexte, je vous traduis une partie de l’article du co-fondateur de l’Electronic Intifada (2001), journaliste palestinien-américain Ali Abunimah.

 

Suisse, drones, Elbit, Hermes 900, crimes de guerre, achat, Israël, politique étrangère, Conventions de Genève, droits humains
Muhamed al-Zaza, survivant, 18.08.2013 « Ils ne nous considèrent pas comme des êtres humains.» (photo par Charlie Andreasson)

Lire la suite