16/06/2014

Ces drones qui patrouillent le ciel de Gaza

Un article récent de l’Electronic Intifada critique la décision de l’armée suisse d’acheter six drones de la société israélien Elbit, le Hermes 900. Ce drone était en question dans mon billet du 04.10.2011, la cause des souffrances insoutenables d’Ibrahim et Mohammed Zaza, 12 et 14 ans. Ibrahim est mort après des semaines de calvaire. Ils jouaient devant leur maison familiale. L’armée n’a donné aucune explication. Deux jours plus tard, Haitham Ma’rouf, 13 ans, était frappé par un même drone pendant qu’il aidait sa mère à arroser leurs légumes. Il est mort une semaine plus tard, comme les cousins Zaza, dans un hôpital israélien. Amnesty International a dénoncé la mort par drone de deux autres enfants en novembre 2012. Muhammed Ibrahim Ashour, 8 ans, jouait dans son jardin. Mahmoud Khousa, 13 ans, allait au magasin pour acheter un stylo pour sa petite sœur. Pourtant, selon le lieutenant-colonel R., responsable de l’escadron des drones à Gaza, interviewé par Scott Wilson du Washington Post le décembre 2011, la haute technologie des drones permet à leurs opérateurs de voir presque tout : ‘Je peux voir si le moteur de votre voiture est allumé et si vous fumez une cigarette.’  Dans ce contexte, je vous traduis une partie de l’article du co-fondateur de l’Electronic Intifada (2001), journaliste palestinien-américain Ali Abunimah.

 

Suisse, drones, Elbit, Hermes 900, crimes de guerre, achat, Israël, politique étrangère, Conventions de Genève, droits humains
Muhamed al-Zaza, survivant, 18.08.2013 « Ils ne nous considèrent pas comme des êtres humains.» (photo par Charlie Andreasson)

Lire la suite