11/09/2018

Bonne et heureuse, la nouvelle année de Hilel Garmi !

La troisième condamnation en prison pour l’objecteur de conscience israélien Hilel Garmi tombe au moment de à la nouvelle année juive. Garmi refuse le service comme bien d’autres jeunes avant lui, il cite notamment les idées de résistance non-violente d’un des penseurs gazaoui de la Grande Marche de Retour, Ahmed Abou Artema. Enas Fares Ghannam a expliqué comment Artema, qu'elle appelle Ratima,déjà en 2011, inspiré par le printemps arabe, a eu l’idée d’un grand rassemblement pacifique aux frontières avec l’Etat d’Israël pour demander d’appliquer des droits humains élémentaires. Artema et deux autres collègues de la société civil disaient entre eux que la situation spécialement critique à Gaza était un moment propice pour essayer cette approche, en visant, à la longue, un seul état « avec des Palestiniens et le peuple juif réunis sous un gouvernement élu par les deux parties. »

Ratima (ou Artema) était idéaliste. Garmi l’est aussi. Un article récent en anglais du + 972 mag, une traduction d’un article à l’origine en hébreu, relate le raisonnement expressif de ce jeune de 18 ans. Je le traduis ici en français.

 prison, objecteur de conscience israélien, Grande Marche de Retour, résistance non-violente, Ahmed Abou Ratima, Etat d'Israël, Gaza, Palestiniens, peuple juif, Forces de Défenses Israliennes, désobéissance civile, moralité, gouvernement, l'armée, lignes rouges, autorité légitime, Mesarot

Hilel Garmi (photo Yoav Eshel)

Lire la suite

13/05/2016

Quelqu’un ?

D’habitude, ce jeune musicien écrit des paroles de rap qu’il chante avec son frère. Mais il a quelque chose à dire au monde hors du seul monde qu’il connaît dans la bande de Gaza. Il a publié son message sur l’Electronic Intifada en anglais. Nous le traduisons ici.

chansons, rap, bande de Gaza, ville de Gaza, musique films, jeunes artistes, frustrations Gaza, sière Israël, attaques, bombardements, travail, gouvernement, créativité, blocus, profit, l'art, occupation
Mohammed El Susi enregistrant une chanson dans un studio, ville de Gaza, 23 mars 2015 (photo Edouardo Soteras Jalil / Al Jazeera)

Lire la suite

12/03/2015

Elles remettent ça

Les femmes de l’organisation israélienne « Les femmes font la paix » ne veulent pas que l’on écarte une discussion sur une paix permanente avant la votation israélienne du 17 mars. « Women Wage Peace » a bien grandi depuis ses débuts l’été passé. Le dernier conflit avec Gaza fut la ligne rouge à ne pas franchir pour beaucoup de citoyennes qui auparavant ne ressentaient pas le besoin de s’exprimer publiquement. Un article dans l’Independent résume leur engagement. J’en traduis l’essentiel ici. 

enough.jpg
Women Wage Peace descend sur la Knesset (parlement israélien) mercredi 4 mars 2015 (photo EPA)

Lire la suite