25/10/2015

Des jeunes sont désespérés

En anglais, Maan News nous apprend l’étendue du désespoir à Gaza, où Israël garde bientôt 2 millions d’êtres humains dans une prison sans exutoire. Quand ce sont des jeunes qui n’arrivent plus à tenir, le point de non-retour est particulièrement palpant. Je traduis l’article ici.

Gaza, désespoir, suicide, police, bande de Gaza, Hamas, médecins, substances toxiques, blocus israélien, Egypte frontière, guerre, reconstruction, chômage, eau, électricité, pauvreté, aide, violence, radicalisation,
Lune de sang au-dessus de Deir al-Balah au début de l’éclipse totale de la lune, 28 septembre 2015 (Ashraf Amra / APA images)

Lire la suite

12/08/2015

Pour la nouvelle génération

Lorsqu’on travaille en tant que chercheuse au milieu de la guerre, des rencontres marquantes sont inévitables. La journaliste Adeem Abu-Middain écrit depuis le Canada sur une personne qui lui a laissé un souvenir ineffaçable de son été 2014 à Gaza. Je résume et traduis l’article en anglais qu’elle a rédigé pour l’Electronic Intifada. 

guerre, éole, ONU, UNRWA, Beit Hanoun, maison, bombardement, grossesse, naissance. bébé, abri, enfants, hôpital, césarienne, soins intensifs, siège, blocus, Israël, Gaza, pénurie, médicaments, médecins, formatiions, système de santé
La journaliste a rencontré une femme en fin de grossesse qui a pu fuir le bombardement de cette école (24 juillet 2014, l’école des Nations Unies à Beit Hanoun, photo Mohammed Salem/Reuters)

Lire la suite

03/07/2015

Un homme prisonnier, un peuple prisonnier

Né en 1935, Zvi Bar’el est analyste des affaires au Moyen Orient pour le journal israélien Haaretz, où il travaille à plusieurs titres depuis 1982. Il détient un doctorat en histoire du Moyen Orient et enseigne à Sapir Academic College à Sderot, tout près de Gaza. Il vient de publier un article étonnant par son ton ironique et plein de colère, en comparant la situation actuelle des gens de Gaza à celle d’un prisonnier sans moyen de défense. J’essaie ici de transmettre en français le ton de l’article dont l’original est en anglais.

Gaza, Khader Adnan, libre circulation, grève de la faim, terreur, détention administrative, Israël, Shin Bet, prisonnier, médecins, armée, police, Israéliens, blocus maritime, Cisjordanie, flottille pour Gaza
« La dignité d’abord » par LATUFF 2012, accompagne un article du Chicago Tribune par rapport au soutien du CICR et l’ONU pour les grévistes de la faim palestiniens

Lire la suite

04/08/2014

Quand il ne reste plus rien à perdre

Deux médecins norvégiens témoignent. Ils ont travaillé régulièrement à Gaza depuis dix-sept ans, plus particulièrement à l’Hôpital Shifa pendant l’Opération Plomb Durci en 2008-09 et l’opération militaire israélienne actuelle. Leurs interlocuteurs ? Deux journalistes israéliens qui ont publié leur article en anglais dans le journal Ha’aretz. Je vous en livre la traduction. 

médecins, Gaza. Hôpital Shifa, Plomb Durci, Mads Gilbert, Erik Fosse, population civile, enfants, Palestiniens, Norvège, hôpitaux, ambulances, travailleurs médicaux, crimes de guerre, armée israélienne, civils, blessés, maisons, siège, Hamas
Scène après qu’un missile ait frappé une place de jeux, camp de réfugiés de Shati, où jouaient des enfants. 28 juillet 2014, le premier jour de l’Eid. Bilan : 8 enfants et 2 adultes tués ainsi que 40 blessés. (photo par REUTERS / Finnbar O’Reilly)

Lire la suite

03/08/2014

Du jamais vu : une guerre contre des civils

Martin Lejeune, qui serait le seul journaliste allemand actuellement dans la bande de Gaza, nous livre une tranche de sa vie ces derniers neuf jours de juillet 2014. Sa conclusion en titre de ce billet est claire. Il publie sur son blog http://martin-lejeune.tumblr.com/ en anglais. Je vous traduis un article publié sur le site du Mondoweiss le 2 août 2014  ici. Je travaille en écoutant les nouvelles du bombardement d’une troisième école de l’UNRWA à Beit Lahiya, tuant et blessant des civils qui y avaient pris refuge après avoir suivi les conseils de l’armée israélienne d’abandonner leurs maisons. 

bande de Gaza, médecins, Shifa, catastrophe humanitaire, guerre, civils, missiles, F-16, armée israélienne, drones, soldats, droit international, ltats européens, violations des conventions internationales, crimes de guerre, hôpitaux, centrale électrique, eau, électricité, internet, téléphones, pain, argent, bombardements
Martin Lejeune avec ses amis médecins à l’Hôpital de Shifa, Ville de Gaza, juillet 2014

Lire la suite

01/08/2014

Le cauchemar des médecins : un désastre humain guette

Des bénévoles de plusieurs nationalités de l’ISM, une organisation qui prône la fin de l’occupation et le blocus sur Gaza, sont présents pendant le conflit actuel à Gaza. Ils viennent de publier sur leur site un rapport en anglais sur la situation dans les hôpitaux. Je le traduis ici.

Médecins, blocus, Gaza, ISM, ministère de la santé, hôpitaux, opérations, Shifa, lits, désastre, infections, mort, soins, travailleurs médicaux, Israéliens, Nations unies, CICR, passages, communauté internationale, crimes de guerre, Israël
On opère à ras le sol, 30 juillet 2014 (photo par le Ministère de la
Santé à Gaza)

Lire la suite

30/07/2014

Insoutenable

L’opinion mondiale s’indigne de plus en plus : une deuxième des 85 écoles de l’UNRWA, qui tentent d’abriter les 180'000 personnes officiellement déplacées dans le conflit, a été frappée par des tirs israéliens le 30 juillet 2014. Le bilan de ces trois dernières semaines en ce qui concerne la souffrance humaine n’est pas chiffrable. L’armée israélienne semble anesthésiée quant aux conséquences effroyables de ses actions à Gaza. Selon une amie palestinienne qui suit les évènements heure par heure au téléphone avec sa famille habitant Gaza, « La situation à Gaza est au-delà du désastre. »  Dans ce contexte, je traduis les informations d’une journaliste néerlandaise qui suit le conflit israélo-palestinien depuis longtemps. L’article original est en anglais sur le site des Blogs de l’Electronic Intifada.

écoles, UNRWA, armées israélienne, Gaza, ONU, drones, Al-Haq, Hellfire, DIME, Mads Gilbert, hôpital Shifa, médecins, blessures, victimes, Palestiniens, Droit Humanitaire, PCHR, armes, Convention sur certaines armes conventionnelles, proportionnalité, humanité, Statut de Rome, Cour pénale internationale, attaques israéliennes Un enfant dort dans une école de l’ONU le 13 juillet 2014 (photo par Anne Paq / ActiveStills)

Lire la suite

20/07/2014

L’enfer des médecins

Dr Mads Gilbert et son collègue Erik Fosse sont aux côtés des médecins palestiniens à l’hôpital de Shifa. Ils y étaient également pendant l’Opération Plomb Durci en 2008-09. Leurs témoignages apparaissent sur You Tube, les blogs d’Electronic Intifada et les nouvelles de la chaine anglaise d’Al Jazeera. Les médecins de l’hôpital Shifa, l’équivalent de notre HUG dans la ville de Gaza, travaillent dans des conditions exténuantes. Hier soir, trois médecins ont appris que leurs maisons ont été détruites par des missiles. Ils ont continué leur travail.

Dr Gilbert a envoyé un témoignage la nuit du 19 juillet 2014 à Mondoweiss. Nous savons maintenant que la nuit du 20 juillet était mille fois pire. Je vous traduis le témoignage du Dr Mads. Il écrit en anglais. Avec amour.

180714_ezz_00_4.jpg
Un garçon s’agrippe à un travailleur médical (Ezz al-Zanoun / APA images)

Lire la suite

04/01/2009

Témoignage d’un médecin norvégien

Vous qui suivez les rapports des journalistes de la chaîne de télévision Al Jazeera (anglais ou arabe), les seuls journalistes de l’extérieur présents dans de la bande de Gaza, vous avez peut-être déjà vu un entretien avec un des deux médecins norvégiens qui travaillent avec les médecins palestiniens. Cela vaut la peine de les écouter : ils confirment les faits fournis au télé-journal de ce soir par Mario Carera, chef du bureau suisse de la Direction du développement et de la coopération dans les territoires palestiniens : il y a beaucoup de civils morts cette dernière semaine, une cinquantaine aujourd’hui, dont certains provenant d’une attaque par missile sur un marché populaire. Un journaliste de Ma’an News (http://www.maannews.net) a pu parler avec un de ces médecins sur son lieu de travail.

«  Un docteur norvégien invite Tzipi Livni à venir constater la réalité de Gaza

Le docteur norvégien Madth Gilbert est actuellement à Gaza où il porte assistance aux médecins assiégés. Il qualifie de « mensonges » les dires du Ministre israélien des affaires étrangères Tzipi Livni lorsqu’elle affirme que l’armée israélienne ne cible pas des civils. Il l’invite à venir en visite à la bande de Gaza pour voir qui sont les vraies victimes des attaques.

Gilbert travaille à l’hôpital al-Shifa dans la ville de Gaza. ‘Comment est-ce possible pour elle de dire des choses pareilles ? Je la somme de rendre visite à Gaza pour voir ce que je suis en train de voir’, dit-il.

Le docteur décrit ce qui se passe à Gaza comme ‘catastrophique’. Selon lui, il faut qu’Israël arrête ses attaques aériennes et qu’elle protège les civils de Gaza en fournissant de l’aide humanitaire sous forme de nourriture, de carburant et de fournitures médicales.

Gilbert est arrivé à Gaza avec un deuxième médecin norvégien, Enrich Foucee, par le passage de Rafah, la troisième journée des frappes israéliennes. Envoyés par le Comité d’aide norvégien (NORWAC), ils étaient les deux seuls médecins étrangers autorisés à entrer. On a refusé l’entrée à des médecins du Qatar, de la Jordanie, et de l’Arabie saoudite.

Gilbert a décrit les conditions dans les hôpitaux comme insoutenables : n’importe quel établissement médical à Paris ou à New York fermerait ses portes dans de telles circonstances, dit-il. ‘Je ne sais pas combien de médecins pourront continuer à supporter de voir mourir tant de patients d’autant plus que les attaques israéliennes continuent.’ »

g07_17444519.jpg

 Hôpital Kamal Edwan, Beit Lahia, 29 décembre 2008 (Mohammed Abed / AFP / Getty Images) 

 

22:28 Publié dans Connaissance du Monde | Tags : médecins, hôpitaux, gaza, livni, civils | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook | | | |

02/01/2009

50 justes en Sodom

Miko Peled, activiste pour la paix et écrivain israélien, vit en Californie. Dans cet article, je trouve enfin l’explication de qui contrôle le passage de Rafah. On peut contacter M. Peled à http://mikopeled.wordpress.com

« Pour l'amour des 800'000 enfants de Gaza

J’essaies en vain de donner du sens à tous les rapports, les photos et les vidéos qui m’arrivent de Gaza. Lorsque j’étais écolier dans une école publique israélienne, on nous a appris l’histoire d’Abraham, qui n’était pas d’accord avec la décision divine de détruire la ville de Sodom. ‘ Et Abraham a fait face au Seigneur … et a dit, « est-ce que tu détruirais les justes avec les méchants, même s’il n’y avait que 50 justes …et le Seigneur a dit, si je trouve en Sodom 50 justes, alors j’épargnerais toute la ville pour eux. »’ … Aujourd’hui, j’ai entendu aux nouvelles que ´seulement’ 50 innocents étaient tués dans cette attaque, et j’ai pensé : même si le nombre de civils tués était aussi bas (en fait il y en a bien plus), Dieu aurait épargné Gaza pour ces 50 innocents, mais pas Ehud Barak.

Il y a certainement plus que 50 hommes et femmes justes parmi les 1,5 millions de résidents de Gaza mais, ce qui est encore plus important, c’est qu’il y a 800'000 enfants à Gaza. Selon les journaux israéliens, il y avait de centaines de milliers d’écoliers en route à la maison et à l’école au début de l’attaque qui a duré 9 heures pendant laquelle plus que 100 tonnes de bombes ont été lâchées. [voir le blog précédant pour plus de détails sur cette attaque]

Les élections en Israël arrivent en février, et le Ministre de la Défense Ehud Barak, qui espère redevenir Premier Ministre, a envoyé les militaires sur la population civile de Gaza. Barak a l’honneur, bien équivoque, d’avoir reçu la plus haute reconnaissance en forme de médailles que l’Etat d’Israël puisse accorder à un soldat israélien. Avec lui, on peut être sûr que les israéliens et les palestiniens verront plus de violence encore et plus de pertes de vies innocentes. Avec des colonnes de tanks et des brigades d’infanterie prêts à attaquer Gaza, déjà en petits morceaux, Barak a l’espoir de prouver qu’il est un candidat qui tient ses promesses. Mais, à la différence de l’histoire biblique, il n’y a personne qui s’oppose au Général Barak, personne pour plaider pour les vies de ne serais-ce que 50 justes, sans parler des 800'000 enfants.

617124.jpg
Hôpital Shifa, 27 décembre

C’est pour les 800'000 enfants de Gaza que Nader Elbanna et moi-même, co-fondateurs de la Fondation Elbanna-Peled, avons décidé de nous déplacer à Gaza pour livrer un équipement médical de base à l’hôpital Ahli. Nous avons pris l’avion à San Diego mi-novembre pour traverser l’Europe, Israël et la Jordanie jusqu’au Caire. Ensuite, nous avons continué sur terre par le canal du Suez, en nous faisant arrêter maintes fois à des checkpoints, le long de la route en direction de Gaza par Rafah. Là, on nous a dit que la frontière était fermée. Pendant trois jours, nous avons parlementé pour pouvoir passer. Nader a négocié et insisté avec ferveur malgré une infection importante de l’oreille et de la gorge. Finalement, à si peu de distance (50 mètres) de notre destination, un officier de l’intelligence militaire à Rafah nous a dit la vérité : « mais nous ne pouvons pas vous permettre de passer, les israéliens nous surveillent. »

Nous étions au courant de l’accord entre Israël, l’Egypte et les Etats-Unis qui maintenait le peuple de Gaza prisonnier, appauvri et mal nourri, mais nous espérions passer outre ce blocus avec l’aide du Rotary égyptien et d’autres associations. Nous avons reçu un soutien extraordinaire, mais nous avions sous-estimé le poids des structures de verrouillage mises en place. Pour tout dire, le moment le plus pénible n’était pas le refus des autorités égyptiennes de nous laisser entrer, mais le téléphone qu’il nous fallait faire au médecin de l’hôpital Ahli, Dr Suheila Tarzi. Nous avons dû lui dire qu’il nous était impossible de venir à l’hôpital avec notre matériel médical. Dr Tarzi nous a remercié pour tous nos efforts, elle a décrit les conditions intolérables à Gaza et a exprimé le souhait que, si Dieu le voulait, un jour, nous aurions tous la paix. Mais ces mots optimistes ne cachaient pas la noire réalité perceptible dans sa voix. Si les problèmes d’un médecin ou d’un hôpital de Gaza étaient insurmontables jusqu’à il y a quelques jours, ils sont maintenant un enfer pur. Israël a fait cesser l’arrivée de l’électricité et du carburant : il n’y a plus de réfrigération, et les médicaments se dégradent et doivent être jetés. Des machines qui aident des personnes à respirer sont alimentées par l’électricité. Sans électricité, les machines de dialyse et d’autres appareils pour maintenir la vie cessent de fonctionner. En ce moment, avec des centaines de blessés et peu d’équipement ou de médicaments, on ne peut pas imaginer les situations face auxquelles Dr Tarzi et d’autres responsables pour la vies des malades et des blessés se trouvent.

fbambino9.jpg

 l'hôpital Kamel Edman, le 29 décembre après une frappe sur Beit Lahiya

La Fondation Elbanna-Peled a été fondé en mémoire de deux petites filles victimes de la guerre israélo-palestinienne : Smadar Elhanan, tuée en 1997 à l’âge de 13 ans lorsque deux palestiniens se sont faits exploser à Jérusalem, et Abir Aramin, tuée à l’âge de 10 ans par un sniper israélien en janvier 2007. Le projet de Gaza était le troisième de ce  genre que Nader Elbanna et moi-même avons entrepris. Nous nous sommes rencontrés dans un groupe de dialogue du salon de San Diego  [http://traubman.igc.org/dg-prog.htm] en 2001. Nous travaillons ensemble pour communiquer deux messages. Premièrement : les palestiniens et les israéliens ont des intérêts solidaires de par leurs liens à leur terre-mère, et ces liens peuvent les rapprocher comme alliés ; deuxièmement : une alliance israélo-palestinienne est un outil puissant capable de transformer la région et arrêter l’hémorragie.

On a soulevé la question si oui ou non, l’attaque israélienne sur Gaza est disproportionnée à la menace encourue par Israël. La réponse n’est pas à chercher dans les chiffres, ni le nombre des missiles tirés, ni le nombres de morts qui sont vraiment du Hamas. La réponse vient de l’exhortation d’Abraham à Dieu (Genèse 18) : ‘Faire mourir le juste avec le méchant … loin de toi cette manière d’agir !’ »

 

23:23 Publié dans Connaissance du Monde | Tags : gaza, hôpitaux, médecins, passage de rafah, enfants | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | | |