27/06/2018

Vivre ensemble : des citoyens israéliens persistent et signent

Depuis le 7 juin, des groupes d’Israéliens ont manifesté de différentes manières leur désaccord avec les actions récentes de leur armée à Gaza. Le 13 juin, l’Assemblée Générale des Nations Unies a passé une résolution condamnant « l’utilisation de force excessive » contre les civils palestiniens de Gaza. Cent trente-cinq morts – en majorité des jeunes, y compris une fille de 14 ans -  et des milliers de blessés, parmi eux beaucoup de cas graves de balles explosives qui rend l’amputation ou de nombreuses opérations consécutives nécessaires – sont le bilan des manifestations hebdomadaires de la Grande Marche de Retour. Le personnel médical signale également l’utilisation d’un gaz lacrymogène inconnu qui cause des convulsions. Oren Ziv, photojournaliste du collectif Activestills, a décrit en anglais une action à la barrière de séparation entre Israël et la bande de Gaza le 26 juin. Je traduis ses propos

 

Israéliens, armée, Gaza, Assemblée Générale, Nations Unies, civils palestiniens, force excessive, morts, blessés, balles exlosives, manifestations, Grande marche de Retour, gaz lacrymogène, Activestills, barrière, Israël, bande de Gaza, photos, barbelés, société civile palestinienne, crise, enfants, travailleurs médicaux, journalistes, handicapés, solidarité, liberté. justice, mémoire, message, occupation, siège, lutte, sacrifice, vivre ensemble, soldats, activistes

Hussein Madi, qui aurait eu 14 ans le 9 avril, a été tué par une balle dans le cœur trois jours avant son anniversaire, fêté ici symboliquement. (photo Ashraf Amra / APA images)

Lire la suite

24/08/2014

Message d’une jeune palestinienne de Gaza

C’est lorsque j’ai commencé ce blog à Gaza, en mars 2007, que j’ai rencontré Karama. Son nom veut dire « dignité », « honneur », ou encore « respect » en arabe. En 2007, Karama, née au début de la première Intifada, avait 17 ans. Elle parlait l’anglais avec beaucoup de plaisir. Elle aimait danser et écouter la musique des Back Street Boys. C’était une jeune fille qui avait un regard positif : « Demain, ça ira mieux, » se disait-elle chaque jour.

Puis, tard dans la nuit au mois de juin, l’armée israélienne a tiré deux missiles sur un immeuble en face de chez Karama. Toutes les vitres de leur appartement sont parties en éclats, causant des blessures légères à trois personnes de sa famille. Le jour après, son visage était éteint. Je reconnaissais à peine la souriante jeune fille. Karama m’a confié :’C’est la première fois dans ma vie que je me dis que, peut-être, demain ne sera pas meilleur.’ 

Gaza, armée israélienne, missiles, lendemain, études, université, peur, Bande de Gaza, armes, humanité, dormir, tuer, explosion, attaques, bombes, nuit, mort, compassion, message
Dommages (photo Carol juin 2007), il n'y a plus de vitres et les cadres sont déformés.

Quand je suis retournée à Gaza en 2011, j’ai retrouvé Karama, une jeune femme. Elle terminait ses études d’anglais à l’université tout en enseignant l’arabe qui est parlé à Gaza. Après mon départ de Gaza en 2012, nous sommes restées en contact. Karama me demande maintenant de traduire et publier un texte qu’elle a écrit tout récemment. Le voici.

Lire la suite