04/09/2018

Pourquoi les affaires ne marchent pas ? [3e partie]

Pourquoi les affaires ne marchent pas ? [3e partie]

Une communication de Gisha, Centre israélien pour la libre circulation donne les détails d’un processus légal extrêmement long et compliqué qui a abouti à l’établissement de qui avait le pouvoir d’autoriser quoi concernant l’importation des biens dans la bande de Gaza. Grâce à Gisha, il y a plus d’un an, on sait que ce sont les autorités environnementales et en communication de l’Administration civile (CLA) pour la Cisjordanie qui délivrent les permis pour tout article dans les domaines de la communication, de la chimie ou du plastique. D’autres articles, tels des véhicules, des matériaux pour la construction, du bois de charpente, des machines à rayons-X, des réservoirs d’essence et des pompes, ont besoin de permis délivrés par l’officier de l’industrie et du commerce ou le chef du département de l’économie, qui travaillent tous les deux dans le CLA pour Gaza.

Les articles dits d’«aide humanitaire» (nourriture et tout ce qui est médical, par exemple) sont coordonnés avec le COGAT par l’Autorité palestinienne et l’ONU. Pour ce genre d’article, c’est le CLA pour Gaza qui a le mot final. C’est ainsi que Majd a appris que les Sunbox n’avaient pas reçu l’approbation nécessaire des autorités.

Le problème qui obsède les autorités israéliennes est le potentiel de l’« usage double » d’un article, c’est-à-dire, qu’un article ostensiblement à l’intention d’un usage civil risquerait à servir à un usage militaire. Les conséquences de ce souci sont le sujet de la troisième partie de l’article de M. Sadeh.  

Gisha, bande de Gaza, importation, permis, aide humanitaire, usage double,biens, marchandise, camion, commerçants, passage, Kerem Shalom, nourriture, essence, coût, stockage, revenu,réouverture, fermeture, carburent, gaz de cuisson, pénurie, électricité, générateurs

Le Sunbox – danger potentiel ? (https://www.launchgood.com/project/bringing_light_to_gaza_1#!/)

Lire la suite

02/09/2018

Pourquoi les affaires ne marchent pas ? [2e partie]

Lorsque j’ai commencé ce blog à Gaza en 2007, je fréquentais une imprimerie où les employés avaient des relations téléphoniques quotidiennes avec une firme en Israël qui leur fournissait du papier de meilleure qualité et meilleur marché que celui disponible depuis l’Egypte. Un employé de l’imprimerie en particulier apprenait l’anglais (dans un cours que j’enseignais) avec plaisir afin de mieux discuter avec son homologue israélien. Leurs discussions professionnelles tournaient autour des difficultés de l’importation de ce papier que l’Israélien voulait vendre et que le Palestinien voulait acheter. Cela me semblait absurde.

gaza, économie, électricité, Hamas, blocus, Isarël, marchandises, développement économique, importation, nourriture, produits, mouvement des biens, exportation, Gisha

Marché de la ville de Gaza, 6 mars 2018 (Ashraf Amra / APA images)

Lire la suite

13/09/2014

Jusqu’à quand ?

Malgré le cessez-le-feu, des terres agricoles à Gaza ont été rasées le matin du 11.09.2014 par quatre bulldozers Caterpillar accompagnés par des véhicules de l’armée israélienne. Le 12.09, des forces marines israéliennes ont tiré sur des bateaux de pêcheurs pour la deuxième fois cette semaine. Déjà le 9.09, l’armée de la mer avait arrêté quatre pêcheurs et confisqué leur bateau. Cela se passe à maintes reprises depuis de longues années, passé sous silence par les médias et le monde international. Ce n’est qu’un peu de terre, ce ne sont que des paysans pauvres. Des pêcheurs ? Ont-ils des droits ? On reste coi. Cela fait partie du siège. Et, petit à petit, il y a moins de terre et moins de nourriture pour les gens de la bande de Gaza, moins de travail dans les métiers traditionnels de la terre et de la mer.

Des témoins sont pourtant là : Charlie Andreasson, qui a risqué sa vie sous les bombes israéliennes cet été, nous livre ses dernières observations en anglais. Nous le traduisons ici.

Gaza, Israël.occupation, Mustafa Barghouti, PNI, Palestine, bombes, maisons, Cisjordanie, bulldozers, tanks, drones, frontière, bande de Gaza, terre, mer, nourriture, paysans, pêcheurs, armée israélienne, cessez-le-feu, blocus
Des Palestiniens pourvus d’un passeport étranger ont pu fuir les bombardements israéliens pendant une rare ouverture du passage de Rafah cet été.(13 juillet 2014, photo par Reuters)

Lire la suite

09/07/2011

Culture bio grâce au siège

Après les jeunes de Gaza, c'est aux paysans d'affirmer que le siège aide à les stimuler dans leurs compétences. Le but : se passer des pesticides et des engrais, interdits d'importation par Israël. Un article à ce sujet apparaît dans The Guardian hebdomadaire du 17 au 23 juin sous la rubrique « développement international ». Rebecca Collard est une journaliste canadienne basée au Caire. Voici la traduction de son article dont l'original est en anglais.

c.jpg

Rebecca Collard

 

Lire la suite

10/01/2011

« Minimum humanitaire »

Docteurs pour les Droits Humains-Israël (PHR-I), organisation partenaire de l’EPER (Entraide Protestante Suisse), dénonce la situation inhumaine qu’Israël planifie et maintient dans la bande de Gaza. Son rapport, publié le 9 janvier, s’intitule « Minimum humanitaire : le rôle d’Israël créant l’insécurité en ce qui concerne la nourriture et l’eau dans la bande de Gaza ». Ce rapport est accompagné d’une vidéo :

Minimum_humanitaire.jpg

 

 

Mahatma Gandhi

 « La pauvreté est la pire forme de violence »

21:07 Publié dans Connaissance du Monde | Tags : gaza, physicians for human rights-israël, eau, nourriture, eper, phr-i, sara roy | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

23/05/2009

Récoltes incendiées délibérément par l’armée israélienne

L’article suivant raconte les méfaits de l’armée israélienne à Gaza le 4 mai.

Auraient-ils inspiré une action criminelle semblable en Cisjordanie ? Le jour de la Pentecôte, des colons de la colonie illégale de Yitzhar ont mis le feu à toute la récolte d’orge d’un fermier de Naplouse. (http://www.maannews.net/en/index.php?opr=ShowDetails&ID=38002).

Naplouse_orge.jpg

Comment qualifier et surtout sanctionner de telles actes délibérés? Eva Bartlett n’a pas de proposition. Elle raconte simplement ce qui s’est passé et ses implications pour Gaza et ses paysans. L’original de l’article se trouve sur http://electronicintifada.net/v2/article10550.shtml .

Lire la suite

18:33 Publié dans Connaissance du Monde | Tags : gaza, paysan, incendie, armée israélienne, nourriture | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | |