saison de pêche

  • Les soupirs des pêcheurs de Gaza

    Imprimer

    Le journaliste Gideon Levy a rédigé pour son journal, le Haaretz, deux articles, les 13 et 16 mai, sur un pêcheur et les pêcheurs de Gaza. Il ne peut plus aller à Gaza depuis 2006, alors que d’autres journalistes d’autres pays y ont accès. C’est pourtant un fin connaisseur de la petite enclave. (À lire son livre The Punishment of Gaza, 2010). En 2008, Levy a déjà raconté les tirs meurtriers de la marine israélienne sur des pêcheurs de Gaza en citant une chanson de Meir Banai, qui répète les paroles du poème de Natan Yonatan : « La marée basse, la marée montante, les soupirs ».

    La gravité de la situation actuelle a donné lieu à d’autres réactions dans la presse anglaise. Le 13 juin, Gisha, le Centre israélien pour le droit de se déplacer, déplore la troisième fermeture totale de la mer de Gaza depuis le début de l‘année. Le jour suivant, journaliste Entsar Abu Jahal, basée à Gaza, résume la situation kafkaïennee des pêcheurs. Al-Monitor a publié son article, en anglais comme les trois autres. Je donne un aperçu ici sur les informations dans ces quatre articles. Tous dénoncent une pratique particulièrement pernicieuse.

    pêcheurs, gaza, fermeture, mer, marine israélienne, saison de pêche, ballons incendiaires, bande de Gaza, bateau, prison, zone de pêche, punition collective

    Des pêcheurs réparent leurs filets après une nuit de pêche, 3 avril 2019 (AP Photo /Khalil Hamra)

    Lire la suite