terroristes

  • Huis clos : La dure réalité des universitaires

    Imprimer

    Une vis se serre de plus en plus injustement autour des étudiants gazaouis. Voici un résumé de la situation décrite dans un article publié par l’Associated Press le 15 octobre 2012.   

    "Les USA laissent tomber des bourses pour Gaza suite à l’interdiction de déplacement imposée par l’Etat d’Israël 

    par Lauren E. Bohn, Associated Press 

    bourse, Gaza, Israël, Hillary Clinton, Hamas, études, université, Cisjordanie, USA, armée israélienne, terroristes

     (Photo: Adel Hana / AP)

    L’étudiante Amal Ashour, 18 ans, pose avec ses livres d’études chez elle à Gaza-city, le 11 octobre 2012. Amal avait reçu une bourse pour étudier cet automne dans une université en Cisjordanie grâce à un programme américain. Mais Amal a récemment été informée que cette bourse n’est plus valable pour les étudiants de Gaza. Suite à des pressions israéliennes, les autorités américaines ont annulé ce programme initié il y a deux ans pour des étudiants gazaouis. Des diplomates avaient loué cette initiative pour sa valeur éducative offerte aux étudiants des territoires palestiniens.

    Lire la suite

  • Guernica à Gaza

    Imprimer
    Vittorio Arrigoni est arrivé à Gaza dans le bateau SS Dignity. Il a choisi d’y rester et témoigne maintenant de l’horreur livrée aux yeux du monde. Ses observations avisées sont précieuses puisqu’il souligne que les victimes des frappes sont presque toutes civiles. Encore hier, la mission israélienne de Genève m’a assuré que la plupart des victimes sont des militants du Hamas. (On peut leur téléphoner au 022 716 0500 .)

    Cet article est le premier de deux publiés dans le journal italien « Il Manifesto ». La version anglaise est disponible sur http://freegaza.org

    « 28.12.08

    Mon appartement à Gaza est en face de la mer. La vue est panoramique, elle m’a toujours fait beaucoup de bien, avec tout ce que je suis en train de vivre dans ce lieu assiégé. En fait, c’était comme ça jusqu’à ce matin, quand l’enfer a fait irruption sous ma fenêtre. Nous nous sommes réveillés au bruit des bombes – plusieurs sont tombées à quelques centaines de mètres de mon immeuble. J’ai perdu des amis sous les décombres. On dénombre 210 morts en ce moment, mais le bilan va certainement augmenter de façon dramatique. C’est un bain de sang sans précédent. Ils ont rasé le port en face de ma maison et pulvérisé les postes de police. On me dit que les media occidentaux ont assimilé les dépêches de presses de l’armée israélienne et répètent que les attaques ont ciblé uniquement des tanières du Hamas avec une précision chirurgicale.

    La vérité, c’est que la plupart des corps que nous avons vu dans la cour de l’hôpital al Shifa, morts et vivants alignés ensemble, appartenaient manifestement à des civils. Imaginez un peu Gaza : chaque maison touche la maison à côté, chaque immeuble s’élève à côté d’un autre. Gaza détient la densité de population la plus haute au monde, ce qui veut dire qui si vous lâchez une bombe depuis une hauteur de dix mille mètres, vous allez inévitablement massacrer des civils. Vous en êtes conscients, vous en êtes coupables, ce n’est pas une erreur ni un cas de dommage collatéral.

    La bombe qui a frappé la poste de police Al Abbas au centre de la ville de Gaza a gravement endommagé l’école primaire à côté. C’était la fin de la matinée d’école, et les enfants étaient déjà dans la rue. La plupart de leurs tabliers bleus qui volaient dans le vent étaient tâchée de sang. La bombe qui a frappé l’académie de police à Deir al Balah a fait des morts et des blessés dans le marché central de Gaza juste à coté. Nous avons vu des corps d’animaux et d’humains, leur sang mêlé coulant dans les rues d’asphalte. C’est un véritable Guernica. J’ai vu beaucoup d’uniformes sur les corps dans les hôpitaux que j’ai visité – je connaissais nombre de ces garçons. Je les saluais tous les jours dans la rue en allant vers le port ou, le soir, à un café populaire. Je connaissais plusieurs de leurs noms. Un nom, une histoire, une famille en deuil. La majorité de ces jeunes avaient dix-huit, vingt ans, la plupart sans alliance politique, ni Fatah ni Hamas, simplement inscrits dans la police, leur diplôme d’université en poche, pour avoir un bon travail. A Gaza, ce n’est pas facile, avec 60% de la population au chômage sous le siège criminel d’Israël. Je n’ai aucune envie de faire de la propagande, je laisse travailler mes yeux pendant que mes oreilles enregistrent le cri des sirènes et le son des bombes.

    bombardement.jpg
    Palestine Art : info@palestine-art.com

     

    Aujourd’hui , je n’ai pas vu de terroriste parmi les victimes, seulement des civils et des policiers. Ils sont exactement comme nos agents de police – les policiers palestiniens massacrés par les bombes israéliens auraient été chaque jour de l’année en train de faire leurs rondes en surveillant le même coin de la rue. Hier soir, je me suis moqué de deux d’entre eux, devant ma maison, ils s’étaient habillés ridiculement pour se protéger du froid. Ils n’ont jamais tiré un seul missile contre Israël, ils ne l’auraient jamais fait – ce n’était pas dans leur cahier de charges. C’étaient des îlotiers pour la sécurité interne.

    Le port se situe assez loin des frontières israéliennes. J’ai un caméra vidéo, mais aujourd’hui j’ai découvert que je suis nul comme cameraman. Je n’arrive pas à filmer les corps déchiquetés ou les visages couverts de larmes. Je me mets à pleurer moi-même. Les autres bénévoles de l’ISM [International Solidarity Movement] et moi, nous sommes allés donner du sang à l’hôpital Al Shifa. C’est là que nous avons appris que Sara, une chère amie, est morte, tuée par un morceau d’obus, près de sa maison, dans le camp de réfugiés de Jabalia. Une personne douce et positive, elle était sortie pour acheter du pain pour sa famille.  Elle laisse 13 enfants derrière elle.

    Il y a un moment, j’ai reçu un appel de Tofiq, un des étudiants de Gaza qui a pu partir à Chypre dans notre bateau du mouvement Free Gaza [ http://www.freegaza.org ] .Il m’a demandé si j’avais pu rendre visite à son oncle, lui donner le bonjour de sa part, comme j’avais promis. En hésitant, je lui ai dit que je n’avais pas eu le temps. Trop tard – son oncle était sous les décombres du port avec les autres.

    Depuis Israël, nous recevons les nouvelles terribles : aujourd’hui, ce n’est que le premier jour d’une campagne de bombardements qui peuvent durer deux semaines. Il veulent transformer la région en désert et l’appeler la paix. Le silence du « monde civilisé » est plus assourdissant que les explosions qui couvrent la ville comme un linceul de mort et de terreur.