Des bénéfices tous azimuts (09/02/2021)

Un riche Israélien d’origine géorgienne doté d’une vision révolutionnaire a décidé de contribuer à la qualité de vie de ses voisins à Gaza. Le succès de la technologie innovative de la fabrication d’eau potable qu’il teste aura des implications importantes pour toute cette région du monde où l’eau manque cruellement. Un article publié récemment sur le site d’Al Jazeera anglais décrit l’expérience. The Times of Israël a suivi cette aventure depuis février 2020. Je résume ici en français les informations originalement en anglais.

generator arrives gaza-thumb.jpg

 

Un générateur d’eau arrive à un grand hôpital de la ville de Gaza, mai 2020 (Photo Watergen.com)

 

 

 

« L’énergie solaire à la rescousse de la crise de l’eau contaminée à Gaza

 

Par Fedaa al-Qedra, 30 janvier 2021, News/Gaza, Al Jazeera

 

Ville de Gaza – L’eau dans la bande de Gaza est en grande partie imbuvable et présente un danger pour la santé. Grâce à l’investissement de donateurs internationaux et d’entreprises privées, des centrales de dessalement de l’eau à grande échelle sont déjà en opération dans l’enclave palestinienne assiégée. Mais une nouvelle technologie de pointe arrive, de provenance invraisemblable : une entreprise basée en Israël.

Le désastre de l’eau auquel les résidents de Gaza font face a empiré pendant le blocus israélien qui paralyse l’enclave depuis 14 ans. L’importation des matériaux et de l’équipement essentiels pour produire de l’eau potable y est souvent refusée.

Michael Mirilashvili, un milliardaire russo-israélien, choqué par des images d’enfants dans la rue remplissant des récipients en plastique, a décidé d’agir. Il est propriétaire de la société Watergen. Son entreprise produit de l’eau potable en nettoyant l’air à l’aide d’une technologie qui fonctionne grâce à l’énergie solaire. Watergen, basé en Israël, a fait don de trois machines à Gaza après que Mirilashvili a remarqué la situation difficile de ses voisins palestiniens. Il s’est déclaré personnellement touché par la crise d’eau à Gaza : « Nous voulons que chaque enfant là-bas ait accès à une eau potable d’excellente qualité, » explique-t-il.

Israélien, eau potable, bande de Gaza, dessalement de l'eau, Watergen, énergie solaire, électricité, technologie, voisins

 

Israa, 13 ans, à un point d’eau public, Khan Younis : « Il nous arrive de passer 3 jours sans eau. » (Photo UNICEF/UN068302/ El Baba)

 

Le projet est loin de pouvoir répondre à la demande des deux millions de résidents de Gaza mais « il peut à la longue aider à résoudre le problème de l’eau, » selon Fathi Sheikh-Khalil, gérant de la succursale gazaouie de l’ONG Palestinian NGO Damor for Community Development, qui a facilité l’arrivée des machines avec l’Arava Institute for Environmental Studies.

 

La source principale de l’eau à Gaza est une nappe aquifère mais l’année passée, la Banque mondiale a averti que 97 % des eaux souterraines n’étaient pas potables. Au cours des années d’utilisation démesuré, la nappe a été infiltré par l’eau de mer, polluée par celle des égouts. Les niveaux de salinité et de contamination ont augmenté.

 

Les quelques résidents aisés ont recours à de l’eau en bouteille importée et la classe moyenne, qui diminue, utilise des purificateurs d’eau dans leurs cuisines. Mais pour la moitié de la population, c’est-à-dire, un million de personnes vivant en-dessous du seuil de pauvreté, la seule solution qui reste est d’acheter l’eau des camions citernes qui font le tour de la bande de Gaza toute la journée. Cependant, selon UNICEF, l’agence de l’ONU pour l’enfance, les deux tiers sont déjà contaminés au moment de la livraison.

 

Gaza a besoin de plus de 200 millions de mètres cubes d’eau par an. La solution la plus viable, selon les experts, et de dessaler l’eau. Les trois générateurs financés par la communauté internationale, dont l’ONU et l’Union européenne, produisent environ 13 millions de mètres cubes d’eau par an. Une centrale capable de produire 55 millions est à l’étude.

 

Des coupures d’électricité récurrentes ces 14 dernières années ont freiné la résolution de la crise de l’eau. Chaque générateur d’eau a besoin d’une ferme solaire. Mais les générateurs de Watergen peuvent être branchées soit sur un réseau d’électricité locale soit sur une source d’énergie solaire. Les machines aspirent de l’air et le purifient avant de l’envoyer dans une chambre de condensation où la vapeur est transformée en eau potable. Un robinet règle la température de l’eau dispensée.

Israélien, eau potable, bande de Gaza, dessalement de l'eau, Watergen, énergie solaire, électricité, technologie, voisins

 

Nadia Tubail, ingénieure, contrôle le générateur de Watergen à Khan Younis, 16 novembre 2020 (SAID KHATIB / AFP)

 

Une machine coûte environ 61,000 $. … Deux d’entre elles produisent 800 litres d’eau par jour. La plus grande, qu’on teste dans la ville de Khan Younis, est reliée à des panneaux solaires « afin d’éliminer la dépendance au réseau local de l’électricité et ainsi réduire les frais, » explique Sheikh-Khalil. La machine se trouve à l’extérieur de la mairie de Khan Younis, où elle fournit de l’eau aux visiteurs d’un parc adjacent, une clinique et une préfecture de police. … La taille des panneaux, assez petits, limitent l’utilisation à 5 heures par jour.

Israélien, eau potable, bande de Gaza, dessalement de l'eau, Watergen, énergie solaire, électricité, technologie, voisins

 

Les ingénieurs Raed Nakhal et Abdullah Dewik contrôlent le générateur de l’hôpital al Rantisi, 30 avril 2020 (AP Photo / Adel Hana)

 

Un autre générateur a été installé sur le toit de l’hôpital pédiatrique pour enfants Al Rantisi. Cadeau de l’organisation caritative américaine Palestine Children’s Relief Fund, il est relié au pavillon pour enfants souffrant de leucémie. Cette machine ne fonctionne pas en continu, faute d’être branchée sur l’électricité locale. …

Israélien, eau potable, bande de Gaza, dessalement de l'eau, Watergen, énergie solaire, électricité, technologie, voisins

 

Michael Mirilashvili dans son bureau à Petah Tikva, 17 novembre 2020 (Emmanuel Dunand / AFP)

 

La technologie de Watergen est constamment évaluée en termes d’efficacité, coût, capacité et faisabilité. Selon Sheikh-Khalil, il n’est pas possible de faire fonctionner une machine pendant toute une journée. Mirilashvili se dit déterminé à fournir plus de machines à Gaza parce qu’il se dit « profondément ému » de voir des gens buvant de l’eau produite par ses machines :

 

« Notre but était que tout le monde sur Terre puisse avoir de l’eau potable mais il était immédiatement clair que nous devons d’abord aider nos voisins. »

 

15:15 | Tags : israélien, eau potable, bande de gaza, dessalement de l'eau, watergen, énergie solaire, électricité, technologie, voisins | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | |