Des voisins qui s’impliquent (13/08/2021)

Un élan de solidarité a uni des civils israéliens qui viennent d’envoyer de l’aide à leurs voisins dans la bande de Gaza. Les bombardements du mois de mai ont détruit 1200 maisons et endommagé 50'000 d’autres. Les besoins sont énormes. Le groupe Neighbors at Peace (Voisins en Paix) s’est joint à une initiative commencée par un groupe d’israéliens palestiniens. Leur action contraste avec l’inertie des gouvernements. Photojournaliste Oren Ziv raconte cette aventure en collaboration sur Local Call en hébreu. La traduction en anglais peut se lire sur + 972 Mag. Je me charge ici de la traduction française.

 

Une initiative palestinienne-israélienne envoie 60 tonnes d’aide humanitaire à Gaza

par Oren Ziv, + 972 Mag, 10 août 2021

En solidarité avec des Palestiniens de Gaza, toujours en train de se remettre de la dernière guerre du mois de mai, des citoyens palestiniens d’Israël et des Israéliens juifs ont collaboré ensemble sur une campagne de donations. Ce lundi matin, cinq camions avec 3'300 boîtes d’aide destinés aux résidents de Gaza sont partis du village de Kufr Qara en Israël. Les camions ont traversé le passage de Kerem Shalom, le seul passage destiné au commerce entre Israël et Gaza.

La campagne a pris son envol il y a deux mois et demie, à la fin de la guerre de 11 jours, à l’initiative de citoyens palestiniens désireux d’aider les résidents de Gaza. Des centaines d’individus, sans lien avec aucune organisation, ont contribué des vêtements, des chaussures, des jouets, des sacs d’école et de la nourriture. Le centre de tri à Kufr Qara a géré plus de 100 points de chute partout dans le pays.

solidarité, civils israéliens, bande de Gaza,donations, citoyens israéliens juifs, citoyens israéliens palestiniens, aide humanitaire, siège, paix, réseaux sociaux, violence

Un des cinq camions avec son cargaison collecté par des citoyens palestiniens et des citoyens juifs d’Israël (Jeremy Milgrom)

Une entreprise de livraison s’est proposée pour transporter les donations gratuitement. Par la suite, les autorités du Hamas ont procédé à une inspection des marchandises, qui ont été transféré ce mercredi à un dépôt d’où elles seront distribuées entre neuf organisations. Ceci n’est pas la première fois que des citoyens palestiniens d’Israël ont envoyé de l’aide mais la participation des citoyens juifs israéliens est nouvelle.

Ihab Masalha a initié la collecte : « J’ai eu l’idée en voyant les souffrances des gens à Gaza pendant la guerre. Cela m’a touché au vif. Nous voulions envoyer de l’aide humanitaire de la part des communautés arabes du Wadi Ara [une région au nord d’Israël]. J’ai calculé qu’on aurait 5 ou 6 tonnes, et on a fini avec plus de 60. » Masalha a dit que le but original n’était pas de parler de la situation de Gaza, juste d’envoyer de l’aide, mais que c’était inévitable d’invoquer la question : « On doit finir avec le siège – ils vivent dans une grande prison. Leurs souffrances ne sont pas possibles à décrire – c’est inhumain, » dit-il.

solidarité, civils israéliens, bande de Gaza,donations, citoyens israéliens juifs, citoyens israéliens palestiniens, aide humanitaire, siège, paix, réseaux sociaux, violence

Un homme dort dans sa maison en ruines à Gaza, 9 juin 2021 (Mohammed Salem / REUTERS)

Yehudit Harel, qui s’est joint à Masalha pour coordonner l’opération, est une militante chevronnée. Elle vit dans la ville de Rosh HaAyin au milieu d’Israël. « Pendant la guerre, j’étais choquée par tout ce qui se passait, surtout entre Juifs et Arabes, » dit-elle. Elle pensait notamment à la violence qui a explosé entre civils à l’intérieur des localités en Israël. Harel a rencontré Masalha grâce à Facebook et son groupe Neighbors at Peace, crée « pour ceux qui soutiennent le travail entre partenaires et veulent le promouvoir », dans la région de Wadi Ara. Elle a expliqué qu’elle s’est jointe à la campagne « mue par une immense tristesse sur ce qui se passait et un désir d’envoyer un message de paix. »

Harel a dit qu’elle était surprise par le nombre de personnes qui se sont mobilisées pour la collecte. « J’ai contacté des gens qui je connais dans des organisations différentes qui, eux, ont passé le message sur des réseaux sociaux. Dans très peu de temps, des bénévoles se sont manifestés. Ils voulaient savoir où se trouvaient les points de chutes dans leur communauté et tout d’un coup, il y en avait 70 et des invitations ont été envoyées à des connaissances et des amis, ce qui fait que nous avions pu collectionner de larges quantités de donations.

« Il y avait des personnes pour qui cette coopération entre Arabes et Juifs était nouveau. Ceci est important, et il est arrivé suite aux évènements du mois de mai, » dit Harel. « Quatre-vingt pourcent des donations était des vêtements pour tous les âges … Les gens souffrent dans une situation de pauvreté extrême depuis des années sans aucun espoir sur l’horizon. Nous essayons de faire passer le message que cette situation doit finir. Il y avait un sentiment du côté israélien que c’était injuste. »

Selon Masalha, il n’était pas facile d’obtenir les permis nécessaires pour livrer l’aide à Gaza. Leur première demande fut refusée. Les autorités israéliennes ont dit que seules des couches pour enfants et de la nourriture seraient admis. Mais après une intervention du Ministère de la coopération régionale (Regional Cooperation Ministry), dont le responsable Issawi Frej est membre du parti politique Meretz, les autorisations nécessaires ont été obtenues, quoique pas tout à la fois, mais l’une après l’autre. « Chaque fois, c’était autre chose. D’abord, seulement des jouets, mais rien d’autre. C’était mentalement fatiguant, » dit Masalha.

Les liaisons avec la bande de Gaza étaient coordonnées par Tahani Abou Dakka et Ashraf al-Ajrami, deux anciens ministères de l’Autorité Palestinienne originalement de Gaza, maintenant résidents de la Cisjordanie. Actuellement, les deux hommes travaillent pour l’organisation de développement de communauté Damour. 

solidarité, civils israéliens, bande de Gaza,donations, citoyens israéliens juifs, citoyens israéliens palestiniens, aide humanitaire, siège, paix, réseaux sociaux, violence

Des Bédouins de la communauté de Humsa dans la vallée du Jordan récupèrent leurs biens, jetés à Ein Shibli après la sixième démolition de leurs maisons, 8 juillet (Oren Ziv)

Ayant reçu plus de donations qu’anticipées, les organisateurs ont aussi envoyé des dons à des gens nécessiteux en Cisjordanie. Ils ont eu une pensée particulière pour la région des hauteurs d’Hebron, qui a souffert récemment d’une augmentation dans la violence des colons et pour Humsa, démoli par l’armée israélienne six fois dans moins d’une année.

Oren Ziv est photojournaliste et un des fondateurs du collectif des photographes ActiveStills et un rédacteur en chef de Local Call. Depuis 2003, il documente une gamme de problèmes sociaux et politiques en Israël et dans les territoires occupés … »

 

08:30 | Tags : solidarité, civils israéliens, bande de gaza, donations, citoyens israéliens juifs, citoyens israéliens palestiniens, aide humanitaire, siège, paix, réseaux sociaux, violence | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |