Penser autrement

Imprimer

 

Quinze ans d’expérience, d’observation et de réflexion amènent un expert israélien à prôner une ouverture du passage d’Erez entre la bande de Gaza et Israël. Shlomo Tzaban estime que l’ouverture de la part de l’Etat d’Israël serait tout à son bénéfice. Il souhaite également une collaboration directe entre les autorités israéliennes et les responsables du Hamas. Sa voix est loin d’être la première qui se lève dans ce sens, mais sa position prise publiquement tout récemment est exceptionnelle. Les médias laissent entendre depuis longtemps que le gouvernement israélien, aidé par des intermédiaires, négocie avec les responsables politiques du Hamas lorsqu’ils veulent régler un point précis. Si les deux voisins s’acceptaient comme interlocuteurs légitimes, l’impasse stérile n’existerait plus. On lira ici une traduction raccourcie par mes soins d’un article qui a paru sur le site + 972 Mag en anglais dont l’original en hébreu se trouve sur le site Local Call.  

 

 

« ‘Ouvrez Gaza immédiatement’ dit le responsable du passage entre Israël et Gaza

 

par Meron Rapoport, + 972 Magazine, 21 juin 2021

Erez, bande de Gaza, Israël, Hamas, ouverture, sécurité, siège, passage, blocus

Un soldat israélien offre une carte pour l’Eid à un Gazaoui au passage d’Erez le 5 octobre 2014 - article du site Al Monitor, (photo Reuters / Amir Cohen)

 

L’ouverture de Gaza 'est clairement dans l’intérêt d’Israël' a déclaré le responsable du passage d’Erez, Shlomo Tzaban, dans une conférence devant des étudiants de l’Université Ben-Gourion la semaine dernière. ‘Il faut ouvrir Gaza immédiatement sans conditions liées aux prisonniers ou aux personnes absentes ou au Hamas,’ a-t-il dit. ‘Si on l’ouvre aujourd’hui, il n’y aura pas d’attentat suicide et le Hamas sera affaibli considérablement.’

 

Tzaban est le responsable de sécurité des civils à l’entrée et la sortie entre Gaza et Israël depuis la privatisation du passage en 2006. Il était l’invité d’un cours sur l’histoire de Gaza initié par deux enseignants - Dr Yonatan Mendel et Dotan Halevi. Lors de sa conférence enregistrée, passée en revue par Local Call, Tzaban se décrit comme « le responsable de tout Gaza’. Il contredit les positions de beaucoup de politiciens concernant l’enclave, en démystifiant les mythes autour de la sécurité qui sont utilisées habituellement pour justifier le siège imposé par Israël depuis 2007. Le passage de Rafah avec l’Egypte, au sud de la bande de Gaza est le seul qui n’est pas sous contrôle israélien.

Erez, bande de Gaza, Israël, Hamas, ouverture, sécurité, siège, passage, blocus

Les passages de la bande de Gaza

 

Tzaban a insisté sur le fait que le développement et la prospérité de Gaza était une nécessité ; cet avis est partagé par plusieurs officiels militaires à la retraite qui ont critiqué la politique de maintenir le blocus : ‘Si les choses vont mal à Gaza, elles iront mal en Israël,’ dit-il.

 

Tzaban a présenté un résumé historique de Gaza ‘du point de vue des Gazaouis’. Selon lui, les Palestiniens de Gaza se souviennent avec nostalgie de la période entre l’occupation de l’enclave à partir de 1967 jusqu’à la première Intifada en 1987, des années fastes dont ‘[les Palestiniens] se rappellent les larmes aux yeux,’ a-t-il dit.

 

Cependant, après la première Intifada, quand Israël a imposé des restrictions sur la libre circulation de la population, le territoire a sombré, raconte Tzaban, à l’aide des statistiques de l’OCHA, le Bureau de la coordination des affaires humanitaires de l’ONU. Depuis la dernière opération militaire en mai, pendant laquelle Israël a tué plus de 250 personnes à Gaza et le Hamas a tué 13 en Israël, la situation à Gaza s’est beaucoup détériorée, dit-il. Avant cette guerre qui a duré 11 jours, environ 700 camions livraient de la marchandise à Gaza par le passage de Kerem Shalom en comparaison avec une moyenne de 300 camions en 2019. Quand Tzaban a parlé à l’université, seulement 130 camions pouvaient passer …

 

‘Gaza est un problème pour Israël’

 

Tzaban souligne que ‘C’est à l’avantage d’Israël que 200'000 Gazaouis puissent venir en Israël pour construire nos maisons et ainsi soutenir financièrement les 2.2 millions de Palestiniens [de Gaza] qui n’ont rien à faire avec le conflit.’ Il n’y voit aucune menace pour la sécurité : ‘Depuis 2006 à ce jour, j’ai autorisé 9 millions de Palestiniens de la bande de Gaza à se déplacer en Israël. Il n’y a eu aucune victime ni aucun terroriste,’ dit-il. ‘Si on ouvre les passages, il n’y aura pas d’attentat suicide.’

Erez, bande de Gaza, Israël, Hamas, ouverture, sécurité, siège, passage, blocus

Des Palestiniens en attente de traverser le passage à Erez, le 13 juillet 2014 (Flash 90

Tzaban fait confiance au Shin Bet, l’agence de sécurité intérieur israélien, qui ‘sait distinguer entre ceux qui sont bons et ceux qui ne le sont pas.’ Il ajoute qu’Israël ‘a les technologies les plus avancés au monde’ pour inspecter tous ceux qui viennent en Israël. ‘Il nous faut permettre aux Palestiniens de goûter ce qu’ils avaient connu entre 1967 et 1987 en termes d’économie, d’emploi et de gagne-pain, ainsi que leur rendre leur dignité,’ il martèle.

Tzaban soutient aussi une coordination directe avec le Hamas. ‘Je dis ceci depuis longtemps : Nous devons amener les responsables du Hamas au passage d’Erez.’ ‘Saviez-vous qu’avant 1987, le co-fondateur du Hamas, Ahmad Yassin, avec d’autres, venait souvent au Kirya ?’ Le Kirya est le nom de la base militaire de l’armée israélienne à Tel Aviv. ‘Vous devez comprendre : les ennemies concluent des accords, il n’y en a pas besoin entre amis. Je suis en faveur d’utiliser des intermédiaires mais aussi de communiquer directement [avec le Hamas], comme nous avons fait pendant les Accords d’Oslo.’

Par rapport au Hamas, Tzaban a déclaré d’un côté qu’il fallait ‘détruire des organisations terroristes et tuer leurs chefs’ mais de l’autre côté, ‘Hamas ne va pas empêcher des résidents de Gaza de se déplacer en Israël.’ ‘Dans cinq ans, il y aura 3 millions de Palestiniens à Gaza, vivant sur 365 kilomètres carrés … Gaza est un problème pour Israël, pas un problème palestinien.’

Il continue : « Si nous ne trouvons pas de solution, avec un courage immense et la créativité et l’investissement de tous les pays du monde – les Etats-Unis, l’Union européenne, le Quartet et d’autres – nous allons continuer de courir d’un incident à un autre, d’une confrontation à une autre, de guerre en guerre, jusqu’à nos arrières petits-enfants. … On doit agir maintenant. Ouvrez les portes de Gaza et, dans une décennie, il n’y aura plus d’organisation terroriste.’

Erez, bande de Gaza, Israël, Hamas, ouverture, sécurité, siège, passage, blocus

L’université de Ben-Gourion (calcalistech.com

Les professeurs Mendel et Halevi ont expliqué que c’est la deuxième année qu’ils donnent leur cours sur l’histoire de la bande de Gaza et qu’ils ont accueilli plus de 20 experts qui se sont adressé à leurs étudiants. Les invités incluent des académiciens israéliens, palestiniens et internationaux ; des experts sur le terrain ; des représentants de l’ancienne colonie israélienne de Gush Katif, évacuée en 2005 par Israël ; des journalistes, des artistes, des représentants de l’ONU et même des responsables du gouvernement israélien. ‘Pas un seul expert a trouvé que le siège est une politique viable,’ affirment-ils.  

Nous avons contacté le Ministère de Défense pour ses réactions à la conférence de Tzaban. Selon leur porte-parole, « Tzaban a donné son opinion personnelle, qui n’est pas la position du Ministère de la Défense.’

Meron Rapoport est un éditeur de Local Call. »

 

Commentaires

  • Pour aller travailler en Israël, comme les Gazouis avaient l'habitude dans le passé, Erez est vraiment le seul passage possible. Il est aussi très important pour des gens malades avec des rendez-vous pour des traitements ou opérations dans des hôpitaux en Israel ou en Cisjordanie.

  • Aurais-je utilisé des propos incorrectes ou mal avenus ?

    Vous venez sur une plateforme pour débattre et vous le fermez d'entrée, ne serriez-vous pas un peu trop inspirée par les conduites autoritaires et totalitaires ?

  • Pardon ! Je ne sais pas ce que veut dire fermer une plateforme. Je ne pense pas avoir fait cela, je n'ai pas regardé ici depuis lundi. Qu'est ce que c'est le problème exactement ? Je pense que l'on peut lire les commentaires ici. C'est un peu compliqué déjà, la réception d'un commentaire (Ils arrivent toujours sur mes spam.) et le transfère du mail à la réception, et ensuite sa publication. Vous avez peut-être remarqué aussi que je laisse d'énormes espaces dans les derniers articles, ne voyant pas comment faire autrement depuis que quelque chose a changé dans la façon de publier. On doit laisser ces espaces, puis on ne peut plus corriger une erreur de frappe ou orthographe si on s'en aperçoit après coup, ce qui n'était pas le cas avant. Dites-moi svp ce que c'est "la plateforme."

  • Le revoilà :

    Tel que c'était avant que des autobus explosent et que des bombes massacrent des gamins dans des discothèques et des lieux publics

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel